• A propos de l’ arpenteur, portrait

    crédit photo anthropia # blog

     

     

     

    D’un homme vu un jour à la table d’un café où je buvais un verre avec de ses amis, de ma frayeur devant son visage, du chemin fait durant la conversation, jusqu’à ce qu’acclimate. Les phrases de Lévinas sur le visage, jamais oubliées.

    _____________________________________________________________________

    A propos de l’arpenteur, portrait

     

    Boursoufflure de tête, s’il avait vécu à Paris, un casting l’aurait identifié, pour une cour des miracles ou au cirque de Lang, couvert de bosses, juste la tête, la méprise d’un Dieu qui, trop bu ce jour-là échappé dans ses rêves hargneux de l’homme incomplet, ce glébeux, se serait vengé.

    Là, dans le jardin, arpentant les distances, il n’était que trop-plein de pensées, de ces questions de lui qui l’avaient envahi depuis depuis. Mais il avait à mesurer, il mesurerait, quand il franchissait les mètres sa tête pesait l’allée à longueur de ses pas, l’obstination faite homme comment l’aimer la bête, poursuivait son idée et audibles ses mots, juste le chuchotis des j’y arriverai, j’y arriverai, l’arpenteur arpentait la salve d’hypothèses, combien de centimètres, combien de millimètres, à genoux puis à terre pour guetter tout au fond le pied du tilleul tapi dans les fougères, et quand sonnait l’heure, la fatidique échelle prise à son tour de pic, il redressait vainqueur sa toison en montagnes, notait dans le calepin les bribes de chiffres qu’on aurait voulu lire dans l’espace à l’arrière, mais qui, pour risquer de surprendre par derrière l’homme qui de ses pieds agite le terrain, tourne bruyant sans plus attention au péquin qui piétine, qu’à se faire renverser on s’expose, le bossu de la tête n’avait que solitude et manque en soi de ces instants où trime la fierté, il était mal-aimé d’où viens-tu charmante qui lui tendrait les bras, ne la cherchait même pas persuadé que rien jamais, constant dans l’absence à ce monde qui voue à gémonies le laid et le distant, le diable même si cœur, même vibrant au-dedans ; la perte de ses pleurs personne ne l’aura vue, le pauvre d’intérieur gémissait sa hantise.

     

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :