• A quoi servent nos gouvernements ?

    Les dessous-de-table, 2009

    François Mazabraud

    Salon de Montrouge

    Crédit Photo Anthropia

     

     

    A quoi servent nos gouvernements européens ? Depuis 2008, on constate qu’un pays européen peut parfaitement vivre plusieurs mois sans Premier ministre à sa tête. Vous me direz, il y a toujours le roi pour ça en Belgique. Mais étant donné ses pouvoirs, un roi ou un soliveau sont de même nature. Le pays tient tout seul, même sans Premier ministre. Comme si les administrations étatiques, l’infra-structure des régions et la superstructure européenne constituaient l’armature suffisante pour que ça fonctionne.  Est-ce à dire qu’on n’en a pas besoin ?

    Regardons en France. Si nous analysons les réformes de notre exécutif ou ses attermoiements en matière de régulation du monde des finances, nous constatons qu’aucune de ses réformes ne sont arrivées à leur terme, qu’il y a eu beaucoup de communication pour zéro résultat. Nous serions en quatrième république, voyant la valse permanente des cabinets, que nous ne serions pas moins bien gouvernés.

    Alors à quoi sert le pouvoir en France ? Ce n’est rien qu’un président qui nous fait perdre notre temps, dit Thomas Legrand de France Inter dans son livre. Si nous parlions vrai, nous reconnaîtrions que le gouvernenement national a peu de marge de manœuvre. Mais qu’à son niveau, il pourrait au moins interdire les paris sur les finances des états sur le territoire français ((un grand bravo à Mme Lagarde qui vient d’empêcher un amendement en ce sens), comme Merkel l’a fait en Allemagne ou Obama le met en place aux USA. Il pourrait être un facilitateur de l’économie des petites et moyennes entreprises qui créent des emplois, au lieu d’être le chantre de quelques amis du CAC 40, qui ne font que les détruire en France, qu’il emmène en voyage en Asie ou en Afrique, ou à qui il fait le cadeau du pari en ligne sur internet, l’exonération fiscale sur la vente de leurs filiales et autres abus en tous genres. Il pourrait faire amortisseur de la crise pour les petits, au lieu de les enfoncer encore davantage.

    Le rôle de nos gouvernants, c’est d’ouvrir des portes au plus grand nombre, de stimuler, d’accompagner, pas de nous enfermer sur un territoire en nous lançant des cacahouètes en formes d’éléments de langage. Le dernier qui a su faire ça pas trop mal s’appelait Jospin. Il était socialiste. Il a créé plus de 300 000 emplois et obtenu la meilleure croissance européenne à l’époque. Ses ministres s’appelaient DSK, Aubry et Royal et n’étaient dogmatiques ni dans un sens ni dans un autre.

    A bon entendeur salut, un de ceux-là en 2012 sera toujours mieux inspiré que nos soliveaux actuels.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :