• Bouche le trou, au lieu de le creuser !

     

     

    Si on relançait la croissance, avec les cotisations sociales, le trou de la Sécu diminuerait, puisque c'est faute de croissance et donc d'emplois, que les cotisations SS diminuent et que le trou se creuse.



    Donc la priorité est à la croissance.



    Que fait Sarkozy pour la croissance ? RIEN. NADA. NIENTE.



    Le bouclier fiscal et l'exonération sur les transmissions aident ses riches amis à s'acheter des paquebots et des résidences secondaires à l'étranger. Ce n'est donc pas créateur d'activité ni d'emplois.



    Une seule mesure est intéressante : le crédit d'impôts sur les investissements en entreprise. Mais si ces investissements ont pour but d'automatiser, d'aider à délocaliser et donc de se passer des salariés, cette mesure aggravera encore le chômage en France et le trou.



    Où est le budget incitatif pour la recherche, qui relancerait la fabrication de produits exportables, donc l'emploi ?

     

    En quoi le Grenelle de l'Environnement propose-t-il le développement de produits innovants liés au développement durable ? Je n'ai rien contre les associations, mais ce sont des chefs d'entreprise qu'il faut associer à cette démarche. Ce sont eux qui exporteront demain si on les y aide des capteurs solaires, des éoliennes, des systèmes d'économie d'énergie, qui contribueront à la construction de passiv Haus (maisons écolos). En France, Sarkozy se contente de faire une politique de croissance du nucléaire, supposément résoudre le réchauffement de la planète. De qui se moque-t-on ? On le sait le nucléaire ne sert qu'à l'électricité, c'est à dire 17% du problème. 83% de la production de CO2 occasionnée par les transports et le gaspillage d'énergie ne sont pas pris en compte, et il est là le gisement de créativité pour enrayer le réchauffement climatique.



     

    Quant à la création d'emplois, on aurait pu imaginer des actions en faveur de la croissance. A quand, l'encouragement des patrons de sociétés de service à recruter ? Aujourd'hui, tout les pousse à accroître la productivité, car chaque recrutement a un impact direct sur son chiffre d'affaires. Tant qu'on indexera les charges sociales sur la masse salariale et pas sur le chiffre d'affaire, on fera une politique pro-chômage.

     



    Ce gouvernement n'est pas pragmatique, il est dogmatique. Son but, éradiquer tous les avantages sociaux des Français, casser le génie national, ce miracle d'équilibre entre douceur de vivre et développement.

     



    Le film Sicko de Michael More, malgré ses exagérations, montre bien cet écart entre une société du Nous, solidaire et dynamique, et une société du Un, chacun pour soi et endetté. Ce qu'on ne vous dit pas, c'est que les politiques de privatisation de la santé servent d'abord à augmenter les coûts d'administration de la santé, +14%/an du PIB aux USA. On n'y gagnera donc rien, seuls les patrons de groupes de santé y gagneront. Guillaume Sarkozy, par exemple ?

     



    Ce gouvernement est vraiment tombé sur la tête. Il est le problème. Pas la solution.

     

     

     

     

     

     


     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :