• Ann Veronnica Janssens 9

    Crédit Photo Anthropia

     

     

    C’était un soir sur le Boulevard St-Germain. J’étais avec une amie psychanalyste, qui venait de publier chez lui, dans sa revue. Nous attendions qu’il se rende libre, assailli qu’il était par tant de gens. Derrière lui qui n’était pas grand, une petite femme, son épouse.

     

    Tout à coup, il nous avisa et s’approcha de nous et se mit en grande conversation, rappelant cet article, dans le numéro sur La Plainte de la Nouvelle Revue de Psychanalyse, curieux de nous, passionné, passionnant à écouter, frêle, mais plein d’énergie. C’était en 1993. Je n’ai pas oublié.

     

    Je lisais ses livres comme on entre dans une crypte, je savais que là je trouverais fragments, réel, présence à soi, comme j’aime à trouver dans mes lectures. Ses livres n’étaient qu’une ligne ininterrompue qui m’emmenait là où lui-même ne savait pas aller. Un homme disparaît, Frère du précédent, l’Enfant des limbes, Perdre de vue, jusqu’à son Laplanche et Pontalis qui ne trônent sur mes étagères. Hommage à J.-B. Pontalis.

     

    Né le 15 janvier, mort le…..


    votre commentaire
  • aes+f group

    Crédit photo Anthropia

     

     

    La vieille du boulevard Saint-Germain

     

     

    Vous ne pouvez pas la rater. Postez-vous au Starbuck de Saint-Germain, commandez un cookie, ou plutôt commandez-en deux, elle arrive.

     

    La petite vieille qui traverse le boulevard, oui juste là, celle-là, stoppant toutes les voitures, juste après le feu rouge,

    c'est elle, jupe de velours marron, pull bleu marine, cheveux blancs hirsutes.

     

    Vous ne pouvez pas vous tromper, elle est sale, si sale.

     

    Elle s'approche, avec toujours la même technique, c'est mon fils qui le dit, elle se penche sur votre table en terrasse, en se dissimulant dans l’ombre qui la borde, façon de ne pas se faire voir du gérant. Elle avance alors une main rapace, se saisit de votre cookie dont elle se met à tester l'élasticité, le moelleux, d'un doigt si immonde et durty, que vous lui donnez tout de suite le cake qu'elle vient ainsi de rendre immangeable. Elle ne mendie pas, pas d’ « à vot’bon cœur, Msieu’dam », sa stratégie à elle c’est plutôt de vous le lever, le cœur.

     

    Tenez, prenez-le. Un don ça ? Non, une reddition immédiate, à la hauteur du dérangement.

     

    A la vitesse de la poussière elle s'empare triomphante du cookie, puis le range dans le garde-manger qu'elle a aménagé entre col et bouche d’un roulé sans âge mais avec odeur. Elle se met à trembler tout à coup, comme incrédule de l'avoir fait une nouvelle fois. Puis, vous ne savez pas comment, elle disparaît. Oui, tout à coup elle n'est plus là, emportée d’un coup de vent, sûrement la honte.

     

    La vieille du Boulevard Saint-Germain ne mendie pas, non, elle s’empare. Dans son monde, y a-t-il meilleure façon de demander ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique