• Bouts de rien : quand la photo revient

    Bons baisers d’Hollywood

    Brice Dellsperger

    Extrait d’une vidéo

    Courtesy Air de Paris

    Crédit photo anthropia # blog

    photo d'une femme qui s'accroche aux branches, mais blogg org voudra-t-il ?

     

    J’ai un problème avec les titres. Comme disent les Américains dans les bons Krimis, “We have a situation”.

    Oui, avec les titres, j’ai toujours eu des hésitations.

     

    Longtemps pensé qu’un bon titre résumait le texte, mais ça c’était du temps où la vérité était la ligne claire du texte.

    Je pensais en journaliste d’avant Libé, avant l’arrivée de la claviste et son délicieux « ndlc *», ceux qui ont lu Libé dans les années 70 me comprendront.

    Oui, parce que Libé avait compris, le premier il me semble, qu’on n’attirait pas les mouches avec du vinaigre, ou plus exactement avec de la bibine.


    Alors ai retravaillé mes titres en donnant une sorte de problématique, un teasing, du genre “si vous voulez en savoir davantage, lisez”,

    Et ça a fonctionné, davantage de lecteurs, et plus besoin de chapô, le titre auto-porteur de son énigme.

     

    Une trace du passé aussi, le regret de l’auteur sans doute d’avoir trappé un autre texte. Il demeurait là en loucedé.

     

    Souvenir aussi de l’agacement de certains copains qui voyaient les titres de leurs articles mettre en abîme leur contenu, mais là, c’était la liberté des red’chef, on n’y pouvait rien.

    Et du coup, le texte était déceptif (je sais, mais j’aime bien ce mot), où était donc la solution promise, et pensé qu’elle était quelque part, entre les lignes, comme un point de fuite, ou plus exactement un point d’arrivée à l’horizon, mais contenu à l’intérieur.

    Et qu’il n’y avait pas à s’en faire, juste à admettre qu’un bon titre est celui qui fait avancer. Par exemple, en professionnalisme, en rigueur, en temps de préparation plus intensif. Cette leçon valait bien un fromage, sans doute.


    __________________________________________________________________________________

    *NDLC Notes de la Claviste. Si créative, la claviste de Libé, qui donnait son grain de sel aux articles, c’était une des marques de fabrique de Libé, du temps où ses clavistes étaient les premières journalistes du canard, des femmes.

     

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :