• Chroniques Ivryennes VI - Amina, la Technicienne

     




    Elle n'arrivait pas de Somalie, Amina, mais de Tunisie. Elle avait dix ans. Elle a appris le français de France. Elève brillante. Après le bac, elle a préparé un BTS de Technicienne de laboratoire. Qu'elle a raté de 0,80 points, en raison de l'anglais qu'elle maîtrise mal.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>


    A la maison, c'était pas ça, son père, prise de tête, enfin vous voyez. A la rentrée, elle s'est inscrite au CNAM pour repasser son BTS et pour trouver du travail très vite, elle est allée s'inscrire à la Mission locale.

    <o:p> </o:p>


    Ils sont très sympas à la Mission locale, son conseiller, un gars super cool. Quand elle lui a demandé ce qu'elle pourrait faire pour gagner sa vie, il a lu le CV, en diagonale, et il lui a dit : j'ai la solution. Tu fais un diplôme d'AVS (auxiliaire de vie sociale) et tu trouves tout de suite un boulot. Et il l'a orientée vers une formation d'un demi-diplôme d'AVS qui débouchera sur un mi-temps payé un demi-SMIC.

    <o:p> </o:p>


    Alors elle est arrivée aujourd'hui devant moi, moi, je suis la bénévole, à l'association qui fait la sélection des formations d'AVS. C'est un niveau BEP, donc il faut sélectionner les bons profils.

    <o:p> </o:p>


    Quand j'ai vu son cursus, je lui ai dit, mais à niveau Bac +2, avec vos examens réussis en biologie, c'est plutôt infirmière qu'il faudrait faire. Ah vous croyez ? J'y avais bien pensé, mais mon conseiller, il m'a conseillé le travail à domicile.

    <o:p> </o:p>


    Je ne sais pas s'il y a des conseillers parmi les lecteurs, mais s'il vous plaît, quand toutes les Amina de la terre viendront vous voir, pourriez-vous tenir compte de leur intelligence, de leurs compétences, de leur cursus, et ne pas les orienter vers un niveau cinq, quand elles ont quasiment un niveau trois.

    <o:p> </o:p>


    Parce qu'aujourd'hui, il y avait aussi Salima, Bac +3 en chimie industrielle, qu'on a orientée d'abord vers un Greta médico-social, puis vers une formation d'auxiliaire de vie sociale.

    <o:p> </o:p>


    Est-ce une fatalité, parce qu'on est Maghrébine ou Africaine, de devoir faire ce métier ? Tous les chemins ne mènent pas à l'assistanat à domicile. Noble, certes, passionnant, difficile, mais pas un métier à la couleur de la peau. Non, un métier destiné à celles qui peuvent et sauront le faire et qui leur fera faire un vrai progrès. Pas une régression.




     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :