• Dans les lavis d'azur

    Crédit photo anthropia # blog

     

    L’éphémère instant d’un voyage le non-lieu

    l’abri du temps cadran sans aiguilles

    L’entrelacs incessant des pensées et des voix

    dans les lavis d’azur dans le marais des mots

    cristallise au tamis de lecture

    pépites agglutinées en concentré de sens

     

    Scories remontent à la surface, 

    la brutale saignée ravale à l’étranger.

     

    Et puis suivi d’un fil et là dans la confiance 

    s’étendre dans le rêve à guetter

    les ombres familières les ondes musicales 

    et traverses légères.

     

    La rêvée n’a pas d’arrêt dans le bocage 

    il appartiendrait à la clarté d’un trait,

    tu le sais sans l’acharne à l’audace 

    sans la guerre à la paix

    ce que seules il faudrait,

    la rêvée n’appelle que par attrait.

     

    Ignorance des chairs butée des impossibles

    Comment l’évidence en l’absence.

     

    Enfermée là où seul sait,

    venue dans mon Nord trois quart

    que la langue au marché qu’un panier aux fruits frais

    qu’une hirsute mendiante en commun regard

    la résistible ascension au point huit

    compter chaque marche jamais peut-être un jour

     

    originalités pas deux à même but,

     

    l’alerte des jours 

    ni la rêve ni l’espère

    la considère.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :