• De l'aube à l'aurore

    Crédit pour les images

    La première nuit de Georges Franju

    Fotokino-Laterna magica

     

     

     

    Une amie hier soir à table a posé une question qui nous a emmenée : Qu'est-ce qui est premier de l'aube ou de l'aurore ?

     

    Nous avions avec nous le spécialiste de la couleur. L'aube est la lueur qui apparaît du plus profond de la nuit, elle est transparente, blâfarde, elle n'est pas couleur. Puis l'orangé de l'aurore s'annonce, celui du soleil qui se lève, et l'aurore apparaît.

     

    Un autre enchaîna. Dawn pour l'aube et aurorus ou sunrise pour l'aurore en anglais. Mais alors The Golden Dawn ? L'aube dorée, quelque part entre aube et aurore.

     

    Et nous partîmes sur les nuits difficiles de nos ancêtres, on ne dormait pas dans les siècles passés, tant on craignait les incendies, voir disparaître la ville en cendres était une hantise. Subterfuges que les anciens inventaient pour se rassurer, le veilleur de la nuit, Dormez, braves gens, la nuit est tranquille.

     

    Les rituels de nuits tronçonnées, on se lève, on mange un quignon de pain, on se recouche, on se relève, on guette l'aube. Et les prieurs coupant la nuit d'offices nocturnes et matutinaux, pour mieux passer de la mi-nuit à l'aurore, quand les voleurs se cachent dans les embrasures de portes, en attendant l'heure du forfait.

     

    Minuit pour les contemporains signifie souvent l'heure du coucher. Il fût un temps, où ce fût l'heure au creux de la nuit noire, quand les rues n'avaient pas encore de réverbères, que la chandelle ou la lampe faisait office de permission d'y voir.

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :