• Débris de fin de semaine : ça résiste

    Roland Mousquès

    sculpteur de pierres

    Vialas

    crédit photo anthropia # blog

     

     

     

    Vendredi

    Pas parler ici de résistance, je pourrais cela dit,

    sentiment d’être vraiment mal dans mon siècle,

    ces quenelles, ces hâbleurs d’extrême-droite,

    j’avoue que suis restée des jours à ne pas chercher

    à quoi pouvait bien ressembler ce geste,

    et quand finalement l’ai fait, l’ai trouvé mou, incertain,

    n’osant finalement pas grand-chose,

    comme cette époque qui fait dans le « lénifiant ».

     

    Ce beau vernissage à la Galerie Air de Paris,

    Comment la nature revient en auto-fiction.

    (mettrai en ligne).

     

    Et lecture au Café-poésie, et là

    un poète a osé parler de liberté d’expression,

    quand il ne s’agit plus que de « part de marché »

    d’humoriste en dégringolade,

     

    et quand je vais à poésie, j’aimerais bien trouver autre chose

    que ce qui s’impose à la TV que je ne regarde pas.

    Heureusement, il y avait Michaux, Artaud, et puis les autres

    plus forts que la quenelle.

     

    Samedi

    A ce président qui ne sait plus où il crèche,

    on a envie de dire qu’un peu de « normalité » serait de mise,

    après tout c’était ça qu’on a acheté,

    quand on l'a élu.

    Il envoie un communiqué de presse

    qui précise « à titre personnel »

    Et on ne sait plus  s’il veut parler de lui sans Mme

    ou s’il a retiré pour l’occasion sa casquette de Président

    Mais dans ce cas pourquoi communiquer.

    Non, ce n’est pas personnel, quand on est là où il est,

    de jongler avec sa vie privée.

    Et s’il essayait de ne pas nous désespérer

    avant les municipales, juste un peu.

     

    Et puis l’après-midi, cet atelier lecture, si prenant

    Et le soir ce bon moment de performances et lectures à nouveau

    Michaux encore, Face aux verrous,

    Ça devient mon urgence de lire.

     

    Dimanche

    Tant à faire sur le site et fait un peu.

     

    Et pour le reste, résiste toujours,

    résistance de l’inconscient,

    de celle qui vous prend quand on marche dans la rue,

    de celle qui vous ramène à pas d’heure surfer sur internet,

    comme un temps nécessaire, un temps pour s’irriguer.

     

    Certains parleront d’addiction,

    dirais celle au tabac en est,

    j’alterne ces temps-ci

    vapotage et cigarettes,

    ça fait quand même moins cher.

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :