• Débris de semaine 11 : La réalité ?

    Paul Thek

    Serie de reliquaires technologiques

    Crédit photo Anthropia

     

    Lundi

    Un patron qui ne sait pas combien son service produit,

    dans quelles villes il le fait,

    avec combien de personnes,

    et combien de coûts induits par la planification,

    s'étonne d'être dans le brouillard. Moi pas.

     

    Mardi

    Dix entreprises clientes viennent de m'annoncer qu'elles licencient

    environ 10% de leur personnel, perte de chiffre d'affaires 30%,

    elles sont dans l'immobilier, soit les clients n'achètent plus,

    soit ils veulent acheter mais les banques ne prêtent plus.

    Surprise : une des entreprises ne licencie pas.

    Le patron a fait une réunion avec son équipe

    pour réduire tous les postes coûteux,

    sauf ceux de personnel,

    "on va se serrer la ceinture, mais ensemble, tant qu'on peut".

     

    Mercredi

    Un ami d'un grand groupe américain m'annonce qu'il va être licencié

    de son poste de responsable de la comptabilité,

    pour cause d'externalisation en Inde, tout le service est viré,

    cela faisait deux ans qu'il formait les Indiens,

    maintenant les Indiens vont faire sans eux,

    il n'est pas amer, il voit ça comme une opportunité,

    au passage il rappelle qu'il leur a économisé 5 millions d'euros

    lors du dernier contrôle fiscal,

    je me demande si les Indiens en feront autant si cela se reproduit ?

    Il va prendre un avocat, c'est plus sûr.

     

    Jeudi

    A propos du petit Illyès,

    le responsable de l'AP-HP rappelle

    que ce n'étaIt pas un problème de personnel,

    le service pédiatrique avait deux médecins,

    quatre internes, huit infirmières, que sais-je ?,

    non c'était un problème de livraison,

    le journaliste ne demande pas si l'équipe

    chargée de la logistique des médicaments,

    n'a pas été réduite,

    parce que le journaliste ne creuse pas ses sujets,

    ou qu'il n'y connait rien à l'organisation.

    Moi qui ai fait du conseil dans les hôpitaux,

    je sais qu'on ne peut pas réduire le nombre de professionnels

    en face à face patients,

    cela fait partie des exigences des accréditations,

    mais rien n'empêche d'en supprimer dans le back-office,

    en pharmacie centrale, dans les supplies chains,

    et voilà comment les journalistes

    se font avoir avec leurs questions à deux balles.

     

    Vendredi

    Esther Duflo dit que les grands économistes spécialistes

    ne comprennent rien à la crise.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :