• Débris de semaine : Findus

    Robert Gober

    Crédit photo anthropia # blog

     

    Débris de fin de semaine : Findus |

     

    Dimanche

    Le père de ma belle-sœur s’est suicidé, appris ça aujourd’hui, pendu. Les muscles flagellaient, la mémoire flanchait, s’est décidé entre deux et quatre, sa femme est tombée dessus, il était gai, aimait plaisanter, le voyais pas souvent, mais s’était jamais remis de sa mise à la retraite. Soixante-treize ans, c’était pas vieux, mais vu les douleurs, c’était vieux. Obsèque jeudi matin 9h30. J'y passerai, le faut bien.

     

     

    Semaine dernière

    Ai ressorti ce texte de K. sur le premier désir de la connaissance comme désir de mourir. Depuis que je le lis ce passage-là, bientôt vingt-cinq ans, je crois que je l’ai toujours pris au pied de la lettre, le premier désir de connaissance, c'est-à-dire l’émergence d’une prise de conscience, on est là, on sait que la mort est là, le désir de mourir versus celui de vivre, jamais eu peur de cette phrase en moi, plutôt comme un moteur, on dépasse la pulsion mortifère, on fait aller de l’avant. Pas toujours pensé que c’était impossible, pensé depuis la naissance de mon fils que ce n’était tout bonnement pas une option en catalogue.  Et à part une bonne mort médicalement assisté, dès que ce sera nécessaire, je le ferai, la vie va vers son extension maximale. Y a pas d’âge.

     

    Lundi

    Et puis il y a Findus, findus. Suicide médiatique en direct sur toutes les chaînes, les sites, les blogs, les tweets.

    Lundi encore

    Un pape est appelé araignée, he resigned, préparation tout doucettement, tu comprends à 85 ans, elle me dit, elle, la mère supérieure.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :