• Du toit des mondes et puis cette pie

    crédit photo anthropia # blog

     

     

    Stratification de la végétation à ma fenêtre quand j’ouvre les volets, aujourd’hui.

    Au premier plan presque sous la fenêtre un jeune prunus, une dentelle clairsemée de couleur aubergine, n’est pas encore très vaillant, puis plus loin des arbrisseaux vert tendre et au-dessus une cohorte de ce qui me semble être des tilleuls d’un ton plus sombre irisé de pousses jaune clair qui retombent en cascades. Un paysage à quelques mètres posé là sur le mail, l’appelle le petit bois, et m’a frappée dans les tons bleutés du matin sa découpe sur fond de ciel immaculé.

    L’homme désigne par un mot définitif le faîte des arbres, pourtant nulle part de conclusion précise de ce qui fait sommet, mais une tendance, toujours une dernière tige, une branche un peu plus haute, davantage en questions qu’en réponses cette terminaison, des volumes cherchant l’air, le contrastant avec densité, mais sans imposer de ligne claire.

    J’en aime le foisonnement, produit d’une approximative rhéologie, là où le bâtiment qui lui fait face apporte ses certitudes, la contrainte bétonnée, paré d'ocre sertie de briques. Pourtant il vit aussi si j’en juge par cette mention sur le bordereau du syndic, ragréage du sol du toit-terrasse, suite à infiltrations.

    Et je pense au rêve de la nuit, retour à une maison ancienne à Paris, où se discutait avec le propriétaire la réfection du pignon qui supportait le faîtage, et là rien n’était laissé au hasard, il en allait de la charpente, du toit, de l’imperméabilité de l’ensemble. Au réveil, me restait la vision d’un toit à deux pents non réunies par l’angle droit des dessins d’enfant, laissant un à-plat au goût d’incomplétude, et interrompue une conversation de voisines, des bribes d’histoire concernant ce propriétaire aux quatre-vingt-douze immeubles dans la ville, une épouse et son chien, et le gérant, ancien administrateur des colonies.

    Des paroles sans récit un peu comme ce toit. Et puis au moment d’y mettre une image, cette pie qui s’impose, inévitable, qui s’envolera bientôt là-haut sans doute, après s’être reposée sur la terre ferme.

     

     

     

     




    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :