• Extension du système pervers

    Andrew Lord, céramiques

    FIAC 2007

    Cliché Anthropia

     

     

     

    Dans le monde gouverné par les pervers, on perd le sens, c'est la confusion, on tourne en rond, cherchant vainement à distinguer le Bien du Mal.

     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    La grève, on a le droit, mais pouvoir aller travailler, c'est important, non ? Tous égaux, même les régimes spéciaux, c'est bien, non ? Mais s'il y a pénibilité, c'est normal qu'ils travaillent moins. Oui, mais il n'y a pas de raison que certains travaillent moins alors que d'autres travaillent plus.

     

    <o:p> </o:p>

    On entend ces phrases ces derniers jours, des phrases qui respirent la haine de l'autre et la haine de soi.

     

    <o:p> </o:p>

    Le pervers nous pose sempiternellement cette seule question qui vaille. Sommes-nous solidaires ? Le pervers nous divise, pour nous assassiner à petit feu, d'abord isoler les plus durs, les faire agresser par tous, les désigner à la vindicte populaire, les boucs-émissaires.

     

    <o:p> </o:p>

    Il y avait déjà EUX, les bouc-émissaires étrangers, pour se mettre en jambe, si faciles de les exclure ceux-là, ne parlent pas, ne manifestent pas. Alors, mettre en place le Kit ADN, pour jouer aux Experts, les pister, les tracer, c'est de la police, ce sont des hors la loi, n'est-ce pas ? Non, on les a mis hors-la-loi. Avons-nous été solidaires ? Si tard, si peu, nous n'avons pas fini de comprendre en quoi nous le regretterons.

     

    <o:p> </o:p>

    Et puis à présent ce sont les régimeux spéciaux. On nous les donne en chair à saucisse, à haïr, ceux qui nous volent le « pain des Français », qui nous arrachent nos économies, qui nous sucent nos retraites, qui mettre la France en faillite. Au fait, que nous font-ils ? On ne nous l'a pas dit. En quoi nous dérangent-ils, ceux qui représentent 5% des retraites ? Ils travaillent un peu moins que nous, mais eux travaillent jusqu'au bout, pas de chômage à la SNCF, à la RATP, alors que nous, nous sommes au chômage à cet âge-là, donc finalement, nous ne travaillons pas plus qu'eux. Mais la voix-off on ne la dit pas.

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> 

    Et nous tombons dans le panneau. Séduits par le discours menaçant. Eux sont les mauvais. Nous les bons, dans l'axe du bien, nous savons qu'il faut tous souffrir, rétrograder tout le monde à la même place de pauvres, tous pauvres, ensemble, qu'aucune tête ne dépasse.

     

    <o:p> </o:p>

    Qui viendront-t-ils chercher après cela ? Les fonctionnaires. Oui, EUX, les mauvais, qui ne fichent rien et gagnent beaucoup, qui ont la garantie de l'emploi. Allez, les autres Français l'ont-ils la garantie de l'emploi ? Non ? Alors pourquoi ils la conserveraient ?

     

    <o:p> </o:p>

    Puis viendra le temps des autres Français, ils travaillent 40 ans, mais ce n'est pas assez, il faut œuvrer davantage. 5 semaines de congés payés ? Mais c'est trop. Travailler le dimanche, ah oui, c'est bien.

     

    <o:p> </o:p>

    La haine perverse contre les Musulmans, les étrangers, les régimes spéciaux, les fonctionnaires, pourquoi s'arrêterait-elle quelque part ?

     

    <o:p> </o:p>

    Réfléchis à ce que tu as comme privilège et dis-toi que demain, on te le prendra. Car le système du pervers ne supporte aucune exception, dans le système pervers, il n'y en a qu'un seul qui peut tout avoir, c'est le chef. 206% d'augmentation de salaire, le bouclier fiscal, la défiscalisation des actions investies, les locations élyséennes, quinze ans de retraite pour cinq ans travaillés, etc.

     

    <o:p> </o:p>

    Quand le chef montre les pauvres du doigt, pourquoi regarder les pauvres ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :