• FORTIS : mettre un fait devant l'autre

     

     

    On marche, on écoute la radio, on capte un fait, vite fait,

    une de ces toutes petites informations

    dans le grand océan du n'importe quoi

    qu'on entend tous les jours, malgré soi, en dépit, de surcroît.

     

    "Les règles de protection des particuliers clients bancaires

    sont plus strictes en France qu'en Grande-Bretagne."

     

    Oui, juste ça, une petite phrase banale d'un économiste,

    au détour d'un long développement.

     

    Puis le lendemain, on parle avec un copain, par hasard,

    dans sa cage d'escalier, une confidence entre le second et le premier.

    "Moi j'ai un paquet de placements chez Fortis."

    Fortis, oui, Fortis, on voit.

    On s'arrête le pied en suspens prêt à prendre l'autre marche.

    Et là il poursuit.

     

    "Ce qui m'a semblé bizarre, c'est quand Fortis, en fin d'année,

    a transféré son siège social en Grande-Bretagne."

     

    Et là, tout fait tilt. Les règles plus souples et le transfert de siège.

    Et tout à coup, on entre dans le soupçon ; ils savaient,

    ils s'y sont préparés, on fait semblant de le découvrir aujourd'hui.

     

    Et une grande, lourde fatigue tout à coup s'empare de moi,

    va falloir apprendre à mettre un fait d'vant l'autre.

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :