• Glauque

    Crédit photo Anthropia


    Parfois, il n'y a pas d'autres mots

    pour dire le retour au travail,

    la sensation que c'est lourd, lourd ; 

    après des jours au vert, au bleu,

    le travailler plus est insupportable,

    parce que la femme n'est pas faite pour travailler,

    qu'elle a de toutes façons déjà tellement de trucs à faire,

    que ça suffit.

    Mais voilà, elle a repris ses petites manies,

    le café noir sans sucre

    pour s'éviter le mal de tête qu'elle sent arriver,

    et juste avant, le lancement de l'ordinateur,

    on ne dira jamais assez le plaisir de quitter le bureau,

    le temps que l'ordinateur se charge.

    Et puis pour prolonger,

    sans doute va-t-elle télécharger une photo d'ailleurs,

    changer son fond d'écran, poster une impression,

    pour que le rêve perdure, ou en tout cas la trace d'un rêve,

    le bientôt pâle souvenir de cet absolu bien-être qu'on ressent,

    en vacances.


  • Commentaires

    1
    Juléjim
    Lundi 24 Août 2009 à 20:59
    Compassion
    Toi tu as repris le travail ou bien c'est lui qui te reprend, peu importe, c'est difficile, je sais, j'ai connu ça. Je compatis. Elle, elle s'appelle Jeanne, elle a quelques heures seulement. Elle est belle et pèse déjà de tout son poids sur la vie de ses jeunes parents. Elle sait déjà aussi que la vie est un travail, recroquevillée qu'elle était dans le ventre de sa mère, en position de siège éjectable. Résultat : une arrivée avec près de trois semaines d'avance, par césarienne. Dans un fauteuil donc, mais toute fripée. Une petite nièce de plus. Et du beau travail !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :