• Harry, un ami qui me veut du bien.

     

     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p><o:p> </o:p>

    J'ai encore quelques amis sarkozystes. Enfin, ce n'est pas cela qui les caractérise comme mes amis, mais il se trouve que, bon, de temps en temps, je lève quelque peu mon armure, enfin vous voyez quoi.

    <o:p> </o:p>

    Et hier, Harry m'a appelé. Après les figures de politesse rituelles, l'invitation à dîner, les menues blagues, il s'est mis de lui-même à parler du petit monsieur. J'avoue que je suis lâche et qu'avec ceux dont je sais qu'ils naviguent en permanence dans le monde des patrons aficionados du Résident, je ne cherche pas la bagarre, c'est pas bon pour les nerfs, l'estomac et la bonne humeur.

    <o:p> </o:p>

    Mais quand c'est Harry qui s'y colle, la dernière fois c'était véhément, j'avoue que j'ose répondre. Il parle de ce petit monsieur, donc, et de la nécessité d'une plus grande flexibilité. Je riposte. Mais regarde, sur les contrats séniors, 3 ans, la flexibilité absolue, les patrons n'en ont signé que 14 pour toute la France. S'ils avaient vraiment besoin de flexibilité, ils en auraient usé et abusé. Le seul problème des patrons, c'est qu'ils n'investissent pas dans les produits, ils ne développent pas. L'argument de la flexibilité, c'est idéologique, le seul argument, c'est qu'il n'y a pas de commandes. Et que les banquiers ne prêtent pas pour le développement.

    <o:p> </o:p>

    Il reprend courageusement. Mais Sarko a un projet pour la France. Je m'insurge, aussitôt sur le qui-vive. OK, quelles mesures a-t-il prises ?

    <o:p> </o:p>

    Alors Harry, qui est Irlandais, ancien d'Oxford, super businessman, se met à me parler de Margaret Thatcher.

    <o:p> </o:p>

    Et de me dire que Margaret, elle, a pris son temps pour démanteler et casser le « logiciel » des Britanniques. Elle a attendu d'avoir gagné sa guerre des Maldives. Elle a attendu d'avoir sa légitimité pour y aller. Je me dis in petto que Sarko pourrait bien suivre le modèle et nous lancer dans une bombinette, juste pour dériver l'attention.

    <o:p> </o:p>

    Il ajoute, regarde Sarko, il a un programme. Va-z-y, cites un objectif ? Fièrement. Tiens, que chaque Français soit propriétaire, c'est un programme ça non ? Je demande, alors que fait-il pour cela ? Les 750 €uros de crédit d'impôts, c'est du pipeau. Et il n'a augmenté le SMIC que de 1%, ce qui ne couvre même pas l'inflation réelle. Quant aux salaires des Français, moins de 1500 €uros/mois pour les ¾ d'entre eux, combien de temps faudra-t-il pour qu'ils deviennent propriétaires à Paris, à 7 000 €uros le m2 ?

    <o:p> </o:p>

    La conversation monte un peu. Et soudain, j'entends une émotion dans la voix d'Harry. Il ne supporte pas mes arguments, je lui casse son rêve. Lui ce qu'il aime, c'est y croire. Il aime croire à Sarko. Quand j'entends cela, mes antennes se développent. Si on est dans le registre de la foi, alors il n'y a rien à faire. Juste à attendre, laisser quelques arguments sur le bord du chemin, au cas où la personne en viendrait à réfléchir vraiment et basta.

    <o:p> </o:p>

    En fait, en entendant Harry, je me suis demandé si ce n'était pas son tour, à cette droite, d'avoir un leader charismatique, un Dieu, un Ideal. Je sentais bien qu'à lui asséner des faits, il n'en avait rien à faire. Il voulait rester dans un optimisme dynamisant, une bonne humeur de celui qui pense que tout va bien se passer, que la croissance sera au rendez-vous, que la France va aller mieux, que Kouchner est un super ministre des affaires étrangères, que Sarkozy a une vision pour la France, que ses ministres d'ouverture montrent bien qu'il n'est pas affairiste, sinon il aurait nommer ses potes, Devedjian et les autres.

    <o:p> </o:p>

    Et j'ai rangé mes arguments affûtés dans leur étui, j'ai remisé mes sifflements de serpente, j'ai laissé filé, parce que je me suis dit que l'état de grâce allait durer un peu plus que 100 jours et qu'on n'était pas prêt de réconcilier la France.



     


  • Commentaires

    1
    mac
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 12:43
    ...
    le pro'.. c'est qu'il faut bien faire quelque chose. On arrive au pied du mur ! Il faut arrêter, changer et ne plus se voiler la face. Le PS s'est voilé la face... Et on voit le résultat... Il y a des choses qu'on ne peut plus en France : Il faut l'admettre et ne plus les faire ! Sinon : On va droit dans le mur.
    2
    yannick G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 13:01
    Qu'ils assument.
    Bah, moi, j'attaque d'entrée de jeu, je suis anti-droite, et ceux qui m'approchent peuvent partir, se taire ou de me filer un coup de main. Mais, pas de quartier. Car, Sarkozy, je ne le croiserai jamais, mais ceux qui s'en réclament, comme le maire d'Argenteuil et ceux qui le soutiennent en jetant des boules puantes sur le sdf sont à ma portée, je ne vais pas les laisser passer sans aboyer et montrer les crocs, et plus, si affinité. yG
    3
    mac
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 13:30
    heu même...
    les maires communistes qui expulsent des familles ?... :):):):) ( En 2012... La gauche va reprendre le programme de la droite ! J'adore ce pays !!!)
    4
    nuclear
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 13:50
    C'est toujours plus facile d'etre optimiste pour les autres quand on a du fric à gaver dans les poches
    les révolutions bourgeoises m'ont toujours insupportées. Et les manigances douteuses du gouvernement sarko me foute la gerbe.
    5
    yannick G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 14:41
    Si vous croyez une seconde
    que je vais être plus indulgent avec une personne qui se dit de gauche et agit de la sorte, vous vous trompez lourdement. Quant à récupérer le pouvoir en 2012, c'est ce que certains pensaient déjà en 2007... C'est vous dire comme la pensée de droite est bien implantée, y compris chez certains maires ou ministres dit de gauche... hélas. yG
    6
    Anthropia Profil de Anthropia
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 16:08
    je réagis, Yannick
    Vous savez ce que je pense de Sarkozy, mais cette position d'Harry m'a touchée, car elle m'a montré qu'ils sont tout à fait inconscients, ils sont dans la béatitude, c'est ça le problème, comme Soeur Marie-Agnès, genre, vous voyez ?
    7
    yannick G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 16:14
    Ramenons-les sur terre alors...
    Car, la béatitude ne constitue pas à mes yeux une excuse recevable, que ce soit dans les affaires métaphysiques comme dans les autres. Je ne doute pas qu'ils existent des personnes de droite de toute bonne foi, il n'en reste pas moins que leurs éventuelles qualités ne proviennent pas de ce fait... bien au contraire. yG
    8
    yannicj G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 16:22
    On peut respecter l'électeur sans respecter son idéologie
    Si je me permets de rentrer ainsi dans le lard des électeurs de droite, c’est justement que je n’ai pas une approche condescendante à leur égard, ils sont responsables de leur vote, ce sont des adultes, bien que je n’aie aucun respect pour leur a priori ou leurs motivations en terme politique. Ce sont là deux choses distinctes, on peut tout à fait respecter et donc demander des comptes à l’électeur sans pour autant soutenir et respecter ses options politiques. yG
    9
    mac
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 17:16
    la folle
    votez pour Royal c'est quoi ? Etre militant du PS actuellement c'est quoi ? De la connatitude ?... Enfin voyons : ouvrez un peu les yeux et surtout les oreilles...
    10
    Anthropia Profil de Anthropia
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 17:32
    la foi
    Mon expérience m'a montrée que quand les gens sont prisonniers de leurs actes de foi, il faut semer des contre-messages, mais on ne peut pas grand-chose pour eux, car ils ne sont pas dans l'argumentation. Dans ces cas-là, il faut attendre qu'ils aient le début d'une prise de conscience.
    11
    yannick G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 17:37
    Je n'ai jamais
    voté PS par rapport à la qualité de ses dirigeants, mais de celles de ces électeurs que j'ai pu côtoyer. Alors, oui, le PS est en pleine crise depuis des années, et remplis d'éléphants qui s'appâtent à la carotte ministérielle... désolant. Il n'en reste pas moins que ceux de ces électeurs que je respecte ne sont pas de droite, eux, et ne se laisseront pas amadouer par un quelconque Sarkozy. yG
    12
    yannick G
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 17:51
    Notre chemin de croix
    D'accord avec vous Anthropia, c’est bien pour cela que je déplore votre approche sur ce point, car, reconnaissez que c'est mettre ces électeurs hors d'atteinte et les considérer avec condescendance (Genre : « Ayez pitié seigneur, ils ne savent pas ce qu’ils font…. »), en faire des électeurs de seconde zone, alors qu'ils ont, surtout actuellement, plus de poids que nous autres. De plus, nous ne devons pas oublier qu’ils peuvent rester dans leur foi une vie durant, et pire encore, la transmettre. Alors, si j'aime aussi à semer des petites pierres, c'est davantage pour détourner ceux qui ne sont pas encore engagé sur ce « mauvais » chemin, les autres, ceux qui me font face, je ne leur jette pas la première pierre, mais je ne me laisserai pas pour autant lapider sous couvert de respecter leur idolâtrie. yG
    13
    Dimanche 9 Septembre 2007 à 18:50
    Bonjour Anthropia, on peut parfois être irrité de se retrouver face à une personne qui rejette vos idées :))) mais..
    C'est "normal" que ton ami croît au programme de Sarko étant donné que celui-ci soutient ceux qui "réussissent", en particulier les plus aisés. Néanmoins, je ne comprends pas les français qui touchent pratiquement le smic et qui affirment que l'on a un "bon" président (!!!!) alors qu'il il n'est là que depuis 4 mois et que certains sont obligés d'avoir un deuxième travail pour pouvoir vivre. Je pense que "nous" sommes dans une idéologie de "gagner un maximum d'argent pour devenir riche" et du "chacun pour soi". Le partage, la solidarité, l'aide existent de moins en moins, on préfère honorer le rêve américain - tant vénéré par N.S! Beaucoup de citoyens atones s'identifient, flattent Nicolas, ou plutôt son monde idyllique qui est loin d'être le notre. La loi TEPA (travail emploi et pouvoir d'achat), passée cet été, est un assaut de classe en faveur des plus favorisés : bouclier fiscal, baisse des droits de succession pour les plus riches, défiscalisation des heures supplémentaires... Soient les français vont rester indolents soient vont se réveiller : - Quand ils vont voir que les prix vont augmenter (TVA sociale), les entreprises ne vont pas se priver de cette opportunité! - Lorsque les fonctionnaires (ces profiteurs, ces paresseux...discours que l'on entend dans la bouche des patrons et souvent chez les citoyens. Arrêtons! Pourquoi ne pas frapper sur les plus forts?) vont se trouver pris entre une diminution d'effectifs et des heures supplémentaires non payées - ou encore, une grande partie (ou presque) endurera d'une nouvelle dégradation des services publiques et de la Sécurité Sociale... Et ce ne sont pas les quelques Besson, Hirsch, ou l'ambitieux DSK qui stopperont l'infernale machine sarkozyenne, mais tout dépendra des luttes sociales que Sarkozy trouvera sur son chemin...
    14
    Anthropia Profil de Anthropia
    Lundi 10 Septembre 2007 à 09:42
    J'essaie juste
    d'écouter les autres, ceux qui y croient. Et il n'y a visiblement pas que des "intéressés" par l'argent, il y a des gens sincères qui y croient. Je pense que cela a un intérêt que de le constater. Je ne les considère pas comme des électeurs de seconde zone, je pense seulement que quelqu'un qui est dans la foi, tu peux toujours essayer d'argumenter, tant qu'il ne doute pas, il n'entend pas.
    15
    yannick G
    Lundi 10 Septembre 2007 à 10:49
    Ne pas adopter leur attitude.
    Naturellement qu’ils sont sincères, y compris et surtout ceux qui votent ainsi pour des raisons bassement économiques. Là n’est donc pas non plus le problème. La question est, me semble-t-il, faut-il face à eux respecter leur croyance ou prendre le risque de hurler dans le désert ? Je suis un partisan de la seconde approche, car, s’ils n’entendent pas mes arguments, ils verront au moins un peu mon implication, qu’ils prendront peut-être pour de la véhémence, mais peu m'importe, c’est toujours mieux que leur passivité, pas si passive que cela, cela dit, ils votent tout de même. C’est en cela que je n’ai pas à considérer qu’ils sont dans un ailleurs inatteignable à mes arguments. D’ailleurs, certaines personnes de droite pensent la même chose de certaines personnes de gauche, elles sont pour eux aveuglées par quelques sentiments laïques dignes de bondieuseries et ignorantes de la vie réelle et de son sacro-saint pragmatisme… vous en avez suffisamment rencontré sur le BBB pour savoir qu’ils existent ceux-là. N’agissons pas comme eux. Tout cela pour vous dire, que je trouve contre productif de se positionner par rapport à ce genre de constat que vous faites. Qu’il soit juste ou non, peu importe en fait, nous devons considérer que nous avons face à nous des personnes de bonne foi et non dans la foi. Il en va au moins de notre dignité. Le reste, l’effet que cela peut avoir, peu importe, l’alternative n’étant guère plus productive, jusqu’à preuve du contraire. yG
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :