• Hommage à André Gorz et D.

     

     

    Hommage à André Gorz à la suite de sa disparition volontaire avec D. sur France Culture

     

    Lire aussi ma critique de Lettre à D. dans critique littéraire ci-contre

     

    J'ajoute à cet hommage un mail reçu ce jour :

    "Le philosophe André Gorz et sa femme Dorine se sont suicidés ensemble dans leur maison de Vosnon, dans l'Aube, Lui avait 84 ans, elle 83 ans, et souffrait d'une maladie évolutive extrêmement douloureuse." (Le Monde, 26 septembre 2007)> Le 24 septembre 2007, dans leur maison de Vosnon, près de Troyes, dans l'Aube (France), le philosophe, sociologue et journaliste André Gorz et son épouse Dorine se sont donc donnés la mort ensemble. Pour ainsi dire, comme prévu. On se souvient que l'année dernière, dans son dernier livre, Lettre à D. Histoire d'un amour, magnifique déclaration d'amour à sa femme et compagne de toute sa vie depuis plus d'un demin siècle, André Gorz avait écrit : "Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l'autre." Ce destin personnel, digne de l'antique sagesse des stoïciens, me fait immédiatement penser à l'exemple du célèbre écologiste américain Garrett Hardin (1915-2003) qui s'est également suicidé en compagnie de sa femme, souffrant aussi (comme Dorine Gorz) d'une grave malade.> D'origine autrichienne (émigré en Suisse de 1939 à 1953; diplômé en 1945 de l'Ecole d'ingénieurs de l'Université de Lausanne), ami d'Herbert Marcuse (qui l'initia personnellement aux écrits de l'Ecole de Francfort), ancien compagnon de Jean-Paul Sartre aux Temps Modernes, développant une interprétation existentialiste du marxisme avant de faire définitivement ses Adieux au prolétariat (1980), dans la logique de sa conversion, sous l'influence d'Ivan Illich notamment, à une critique du productivisme de la société industrielle, André Gorz a marqué, depuis les années 1970, l'histoire de l'écologie politique et de ce qu'il appela lui-même "la nébuleuse écologique". Son ami du Nouvel Observateur Alain Hervé, fondateur de la section française des Amis de la Terre, lui avait offert dès 1973 une tribune dans le mensuel écologiste Le Sauvage qu'il animait à la suite du succès du numéro spécial de 1972, "La dernière chance de la Terre", du Nouvel Observateur. Gorz (c'était déjà un nouveau nom - il s'appelait Gerard Horst) prend alors un nom de plume écologiste : Michel Bosquet. C'est sous ce nom de Bosquet qu'il politise la pensée écologique radicale en train de naître en Europe, alors que l'environnementalisme américain domine la scène publique internationale. Avec son livre Ecologie et politique (1975, 1978; traduit en anglais en 1980 sous le titre Ecology as Politics), véritable petit traité d'écologie politique à l'usage des nouvelles générations, André Gorz/Michel Bosquet devient - avec Ivan Illich (1926-2002) dont il épousait les thèses anti-productivistes sur "l'inversion des institutions" - une figure de proue dans l'essor du mouvement écologiste radicale en Europe. Avec Illich, André Gorz était l'un des rares grands intellectuels critiques de la seconde moitié du XXe siècle a avoir dépassé l'optimisme historique de la modernité occidentale. Significativement, il avait aussi reconnu, avant bien d'autres, la dissidence du grand économiste américain Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1995), d'origine roumaine, qui avait mis en lumière "les mythes" de la science économique moderne, aussi bien marxiste que libérale, vis-à-vis de l'énergie et de la matière. L'avenir de la croissance économique n'était plus dans la croissance, même "durable", mais dans la décroissance de la civilisation industrielle et de l'idéologie de l'abondance de la "société de consommation". Georgescu-Roegen, Illich, Gorz sont désormais reconnus comme les pères fondateurs de la mouvance radicale de "l'après-développement" et de "la décroissance".> Jacques Grinevald (IUED, Genève)

     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :