• Insomnie, certitude et les aléas

     

    Crédit photo anthropia # blog

     

     

    Quoi que j'écrive, c'est ainsi, la peur est mauvaise conseillère, ça ne sert à rien, oui, les aller-retour, oui, est-ce que je pourrais ne pas l'écrire ce roman, non, est-ce que j'ai peur, oui, est-ce que j'ai choisi le rythme, la date, non, l'insomnie de cette nuit me dit que j'en rencontrerai des obstacles, comme celui d'avoir réservé mon dimanche pour ce travail et me retrouver à quatre heures du matin à lire mes mails et à y répondre, au lieu de me préparer au lever à 6 heures,  est-ce que ça m'ira, oui, comment ça se passera, n'en sais rien.

    Est-ce que c'est triste d’y aller lentement, non, parce que la joie du réel est là, que ce roman va s'écrire tout doucement, que j'y ai déjà mis toute ma patience, on la trouve, quand c'est important, j'ai confiance, Cécile Wajsbrot citant Virginia Woolf, le roman est la "suspension of disbelief", la mise en suspens de la méfiance, du doute traduit-elle. Elle a raison. A elle que je dois, cette envie toute récente de re-Berlin, comme une obligation.

    Pour moi Cécile Wajsbrot est une soeur, d'abord rencontrée par la radio, j'aimais sa voix, ce qu'elle disait, puis suis allée à la BNF à cette rencontre avec écrivains qu'elle organisait, Chloé Delaume, de cet auteur dont j'oublie le nom chez Allia, et de celui dont j'aimerais oublier le sien, Millet. Et ma surprise, alors que j'avais quitté bruyamment la troisième conférence, partie pour cause de haut-le-cœur devant ses mots orduriers, c'est qu'elle m'a mise dans son émission, elle a gardé toutes mes questions, et j'y ai vu comme un signe, mon fantasme bien sûr, celui que j'étais de la même famille, ce que m'avaient déjà prouvé les livres que j'avais lus d'elle.

    Pour moi, c'est Dos Passos, -et sans doute Dali et les surréalistes, introduits subreptice par un remplaçant, en cours de français, en troisième ou peut-être en seconde, racontant sa flamboyance de jeune petit con qui était aller pisser sur le terrain de son maître, et le maître l'avait reçu chez lui avec ses amis, plusieurs jours, comme ça, il avait commencé par un Ceci n'est pas une pipe, il avait lancé son stylo sur une table, et nous les petits cons on avait regardé, souri, ri et compris que la littérature, c'est ça, la subversion, la possibilité de tout et même de rien, enfin moi, en tous cas-, et puis Dos Passos, qui m'a appris qu'on peut tout mettre dans un livre, que rien n'est interdit et qu'on trace, et ça c’était avant que j’apprenne à lire, alors après.

    Suis-je si courageuse, non évidemment, j'ai miséré longtemps, je fourbissais mes armes d’apprentie, je quêtais, j’ai beaucoup quêté, alors on ne me retirera pas le résultat de ce cheminement, celui d'une légère brise, d'une agitation intérieure d'une écriture balbutiante, mais qui va.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :