• L'état de grâce, suite

     

     

    Que vous disais-je hier ? Qu'il fallait rester vigilant, car un sondage Opinion way n'allait pas tarder à arriver pour nous dire que tout va bien.

     

    Lu dans Libé ce jour "En revanche, selon Opinion Way pour le Figaro (2), 76 % des personnes interrogées ont jugé Nicolas Sarkozy «convaincant» lors de son intervention télévisée de jeudi." ,CQFD.

     

    Parlons de la méthodologie de ce sondage. Les sondés sont 900 en ligne, on les interroge juste après l'événement, pas de temps de repos pour digérer. Ensuite, on ne leur pose que des questions positives, de type Sarkozy était-il ou pas :

    Dynamique

    Courageux

    Sincère

    Convaincant

    Rassemble les français

    A l'écoute des français

    Rassurant

    Proche de vos préoccupations

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    donc il faut s'opposer pour répondre si on n'est pas d'accord, ce qui est plus difficile et exige une capacité de résistance au sondeur, car nulle part on ne vous offre de parler d'un défaut, il n'a que des qualités cet homme-là, c'est sûr. D'ailleurs, on voit que les CSP- ont moins résisté que les CSP+, c'est à dire que les gens de catégories socio-professionnelles élevées sont plus critiques que les autres, ce qui dénote simplement leur moindre sujétion aux questions pushy d'Opinion way.

     

    Enfin, la plupart des qualités sur lesquelles on interroge sont prises dans le registre charismatique : sincère, courageux, à l'écoute des Français, en quoi l'interview permet-elle de dire s'il l'est ? Elles portent davantage sur la qualité rhétorique de leur auteur que sur son action politique. On ne demande pas s'il est honnête, efficace, ingénieux, si sa politique est pertinente, etc..

     

     

    Enfin, dans les réformes à apprécier, deuxième partie du sondage, nulle part trace de questions sur le non-renouvellement des fonctionnaires, le bouclier fiscal ou la franchise médicale, ou alors noyée dans la masse. On parle de réformes sur le droit du travail ou la politique de santé, bien abstraitement. On interroge sur la sévérité à l'égard des chômeurs, le regroupement Unedic/ANPE, etc., dans des formulations plutôt consensuelles. Bref, ce qui ressort tout de même, c'est que sur les pré-retraites, la santé et le droit du travail, les gens sont bien moins nombreux à valider la politique de Sarkozy, on frôle les 50% à chaud, juste après le discours du Che, c'est dire.

     

     

    Et parce que je suis fatiguée de cet Opinion way, qui arrive tel Zorro pour sauver Sarko, je propose que les députés lancent une commission parlementaire sur la méthodologie des sondeurs et leur manipulation des médias.

     

    D'ailleurs, même le Parisien proche de ses lecteurs, qui fût en son temps la voix de son maître, ne s'y trompe pas, puisqu'il titre sur le pataquès des heures supplémentaires : apparemment, les décrets ne sont pas sortis. C'est le bordel. Mais cette question ne figurait pas dans le sondage d'Opinion way.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :