• L'étrange parachute de François Curlet

    François Curlet

    Courtesy Galerie Air de Paris

    Art Basel 2008

    Cliché Anthropia

     

     

    François Curlet est un artiste du subtil.

    Il y en a quelques-uns sur ce blog.

    De ces artistes, accélérateurs de sens,

    qui, à donner des indices contradictoires,

    empêchent de sauter à la conclusion,

    pour faire un détour par la question.

     

    J'ai déjà montré dans la rubrique Fiac 2007,

    un épis de maïs de François Curlet,

    composé de pop corn (publié le 21 octobre).

     

    Ici, le sens se perd quelque part entre parachute et sado-masochisme.

    Le sème sécuritaire s'impose,

    on pourrait même voir l'emblème d'une menotte.

    Vient-on d'assister à une libération, il s'est échappé,

    ou à l'évasion radicale, celle de la mort, un corps souffrant était là.

     

    Et face à ce stalagtite,

    j'hésite entre le faux ready-made

    tout droit sorti des salles de torture "délicieuse" des pratiques sm,

    et le totem,

    une sorte d'hommage dérisoire au nouveau régime occidental,

    un porte-clef sécuritaire,

    ou peut-être, façon harnachement de pacotille,

    un principe de précaution,

    qui ne protégerait de rien.

     

    Car n'oublions pas, chez François Curlet,

    si le gadget n'est jamais bien loin,

    ce n'est que pour mieux le mettre en abîme.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :