• L'incroyable destin d'Harold Crick

     


     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    L'incroyable destin d'Harold Crick de Marc Forster,
    avec Will Ferrel, Emma Thompson et Maggie Gyllenhaal, Queen Latifah et Dustin Hoffman

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Le pitch de ce film est magique, un homme entend un matin une voix de femme, qui narre sa propre vie, avec des détails que lui seul connaît. Une psychanalyste intelligente lui conseille d'aller voir un spécialiste de littérature, Dustin Hoffman, qui n'accepte de le coacher que lorsque celui-ci lui cite une phrase entendue « Loin de se douter de ce qui l'attendait ». Ce « loin de se douter », qui est la marque d'un narrateur omniscient et accessoirement le titre d'un cours du littérateur, entraîne le professeur à rechercher qui, diantre, est l'écrivain qui rédige le roman de la vie d'Harold. C'est aussi le début des bifurcations pour Harold, qui va voir sa vie chamboulée, notamment lorsqu'il rencontre Maggie Gyllenhaal, patissière au grand coeur. 

    <o:p> </o:p>

    A l'autre bout, la narratrice, Emma Thomson alias Mrs Eiffel, auteur à succès, écrit dans les affres de la création les mille détails de ce destin, pour lequel elle cherche la mort la plus appropriée. Une assistante expérimentée, Queen Latifah, envoyée par son éditeur, lui donne un coup de main.

    <o:p> </o:p>

    Cette comédie fantastique fait inévitablement penser au Truman Show et à ces scénarios où les héros sont aux prises avec un manipulateur tout-puissant. Elle fait se poser la question de la fiction, de son rapport avec le réel. Le sous-titre anglais « stranger than fiction » aurait pu aller jusqu'au bout de cette logique d'une réalité plus singulière que n'importe quelle fiction. On aurait aimé que l'ambiguïté de la folie d'Harold et de la réalité de la narratrice persiste, pour qu'in fine l'histoire soit indécidable, c'est-à-dire littéraire.

    <o:p> </o:p>

    Mais le réalisateur n'a pas résisté à l'idée de la double fin, changée d'un trait de plume, qui rend l'intrigue à sa réalité filmique, c'est-à-dire une fiction qui ressemble à une réalité et dont on peut changer la fin. Cela s'appelle un film.

    <o:p> </o:p>

    Tendre, ironique, très bien joué et savoureux.


     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :