• Il y a 140 millions d’années, un animal glisse sur une plage fangeuse du Massif Central

    Virginie Yassef

    La force de l'art (2)

    Crédit Photo Anthropia

    voir ci-dessous le post

    et ci-contre La Force de l'art (2)

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Il y a 140 millions d’années, un animal glisse sur une plage fangeuse du Massif Central

    Virginie Yassef

    La force de l'art (2)

    Crédit photo Anthropia

     

    Dans le Grand Palais, les oeuvres monumentales flirtent avec la verrière et cette lumière zénithale irradie les oeuvres qui osent.

    Celle de Virginie Yassef se confronte à l'infiniment grand et l'infiniment ancien ; imaginez le terrible monolithe du film de Kubrik, 2001 : Odyssée de l'espace, il est devenu vert, d'un vert dont on ne sait s'il est le vert des cartoons ou le vert écologique, probablement quelque chose entre les deux, en tout cas, l'oeuvre ne s'inscrit pas dans l'univers technologique.

    Et sur ce monolithe, trois traces de pattes. 

    "Il y a 140 millions d’années, un reptile volant, le Ptérosaure, aura glissé le long d’une falaise du Massif Central. De cette chute préhistorique et spectaculaire, ne restent que trois énormes griffures imprimées à jamais dans la pierre."

    Répliquant à l'échelle ces griffes, Virginie Yassef fait un clin d'oeil au comique de situation, un Ptérosaure qui se casse la figure, un monstre préhistorique qui tombe d'une falaise. L'artiste a l'humour préhistorique, sans doute retrouve-t-on en elle la fascination des enfants pour l'énorme, le gigantisme, tout ce qui sort de l'ordinaire.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Julien Prévieux

    Espaces autres à la Force de l'Art 02

    Crédit photo Anthropia





      

    Magnétisme d'un espace qui attire

    par cette université des savoirs démonétisés,

    de ces savoirs qu'on jette au bout de 10 ans,

    Windows 2.0 pour les nuls,

    la révolution technologique,

    Prévisions pour l'an 2000,

    de ces savoirs que Julien Prévieux a collationnés ;

    il a refait notre bibliothèque improbable,

    celle qu'on met à jour chaque année,

    les seuls livres que personnellement je jette sans scrupule.

    Et de ces livres, il a tiré la substantifique moelle

    et prétend réaliser une sorte de sauvetage intellectuel,

    un mapping cognitif, sur des cartes murales,

    le réseau des concepts de la techno-science désuète,

    et tout ça ressemble à un délire du fou Schreiber,

    sur son Président de père.

    Quand la prévision devient un vieux souvenir,

    il y a comme un goût de complot éventé,

    plantage sur toute la ligne, ou à 50%,

    une chance sur deux de se tromper,

    disent les prévisionnistes.

    Envie de sourire, même si on sait qu'on y a cru

    un peu, beaucoup,

    à ces progrès à la Joël de Rosnay.

    Enthousiasmes des découvreurs,

    laissés là épuisés,

    grande leçon du subtile Julien Prévieux,

    qui une fois de plus nous fait voir

    nos dogmes inconscients,

    un peu comme il l'a fait

    dans ses fameuses Lettres de démotivation.

     





    votre commentaire
  • Julien Prévieux

    Crédit photo Anthropia


    votre commentaire