• La loi de mortification de l'économie

    Cliché Anthropia

     

     

    Vous n'avez pas le sentiment d'être pris pour des nuls

    avec la loi LME qu'on vous vend comme une loi qui favoriserait la concurrence,

    donc la baisse des prix ?

     

    Elle favorise en fait les distributeurs.

    Nous avons déjà le plus fort taux d'hypermarchés en France.

    Le problème, c'est leur localisation,

    pas le manque de grandes surfaces.

     

    Prévoir de relever de 300 à 1 000 mètres carrés

    le seuil de déclenchement

    de la procédure d'autorisation de surfaces commerciales,

    favorisera l'émergence de commerces de taille moyenne

    et aura pour immédiate conséquence

    de supprimer le petit commerce.

     

    Laisser ouvrir n'importe où des supermarchés

    ne signifie pas lutter pour la libre-concurrence,

    cela peut avoir pour directe conséquence

    que certains bassins de consommation

    pourront être mono-distributeurs.

     

    On nous parle d'une autorité de la concurrence :

    le Conseil de la Concurrence n'existe-t-il pas ?,

    la DGCCRF, non plus ?

     

    En revanche, ce qu'on attendait d'une telle loi,

    une vraie mise en concurrence

    des distributeurs sur une zone de chalandise,

    quand aujourd'hui ceux-ci se sont partagés le territoire,

    on n'en parle pas.

     

    Ce qu'on attendait, la class action pour que les consommateurs

    puissent lutter contre les fournisseurs abusifs, impossible.

     

    Bizarrement, on crée une nouvelle niche fiscale pour les impatriés,

    à l'heure où Christine Lagarde parle de les diminuer, on en crèe une nouvelle.

    Je suppose que par impatriés, on n'entend pas les femmes africaines

    qui viennent faire du service à domicile.

     

    Plusieurs députés de l'UMP jugent que cette mesure risque de "tuer le petit commerce".

    "Je sais que ce sera difficile de les convaincre",

    admet la ministre de l'économie, Christine Lagarde.

    Je me demande vraiment

    avec quels arguments cette ministre et son Président

    vont pouvoir les convaincre du contraire,

    si ce n'est pas l'habituel argument d'autorité.

     

    Une fois de plus ce gouvernement pond une loi libérale,

    au nom soi-disant de la concurrence,

    comme le bouclier fiscal l'avait été

    au nom du choc de croissance.

     

    La communication à ce sommet de manipulation,

    les médias vont-ils enfin la dénoncer,

    plutôt que de faire semblant d'en expliquer le bien-fondé ?

    Et les politiques vont-ils enfin voter contre

    selon leurs convictions

    au lieu de se coucher comme d'habitude ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :