• La petite fille de Boris Vian

     




     

    Ce n'est pas une marina, façon pieds dans l'eau, c'est dans un grand livre ouvert, au sous-sol de la BNF, une petite femme en noir apparaît, s'installe à une table sur scène, c'est un auditorium, vous vous êtes préparée à une leçon de littérature, non sans avoir pris pour vous mettre en bouche un thé des écrivains, le Japonais pour cette fois.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> 


    </o:p>
    <o:p></o:p><o:p></o:p>
    Vous vous êtes allongée sur la moquette dans la chambre de Chloé, pour une heure de plaisir gustatif. La Chloé trébuche sur les mots, mais les mots sont vivants, matière et chair tout à la fois. 
    <o:p> 


    </o:p>
    <o:p></o:p><o:p></o:p>
    Chloé donne sa leçon de littérature, façon Alice aux Pays des Merveilles, Petite Perruche péremptoire, institutrice délicieuse qui nous emmène vers une langue baroque. Elle pique les mots, comme maman coud, mais pas une mère à la langue jaune. Elle explique, le grand jeu du scrabble avec les Canadiens retraités et les Belges, mères de famille, les bouchers divorcés et les marins en relâche (cela dépend des méridiens). Elle explique qu'elle se met des mots dans la poche kangourou comme un écureuil grapille ses noisettes... pour les longues nuits d'écriture, en réserve de littérature.
    <o:p> 

    </o:p>
    <o:p></o:p>
    Elle dit que la langue perdue du Cri du Sablier est la langue maltraitée d'une enfant créative, traversant sa douleur par l'art des mots confus. Que la langue a sa couleur, qu'elle dépend du sujet, d'un mois de juin à l'autre.
    <o:p> 

    </o:p>
    <o:p></o:p>
    Elle conspue la République bananière des Lettres, ses traditions, ses étages, ses ignares, ses imposteurs. Elle parle des Fils de Doubrovsky et que ceux qui ne l'ont pas lu prononceront FilSSS et pas les autres qui savent que c'est de Fil dont il s'agit.
    <o:p> </o:p>
    Elle parle des nénuphars, des jeux vidéos, elle fait rire, elle émeut. Elle provoque, elle sorcellise, elle gothise. Elle borisvianise aussi. Elle est comme cela la p'tite Chloé. 
    <o:p> 

    </o:p>

    Ah j'oubliais. Elle s'appelle Chloé Delaume, elle est un personnage de fiction.

  • Commentaires

    1
    Mimi
    Lundi 16 Octobre 2006 à 19:26
    Anthropia
    Je lis les commentaires de ma niece Anthropia qui me font suivre la vie d'aujour d'hui a Paris. Merci, de me tenir au courant, surtout de me signaler toutes les injustices dans ce monde d'aujourdui. Mimi
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :