• La revanche de l'Indienne

    Indienne

    nom d'un tissu fabriqué en Inde au XVIIème siècle

     

     

     

    Dans les prises de conscience adolescentes, il suffit d'un rien, d'un fait relaté en cours d'histoire, pour que tout à coup vous sentiez le basculement du monde.

     

    Pour moi, ce fût un cours sur l'Inde du XVIIème siècle.

     

    Au XVIIème siècle, l'Inde était une superpuissance mondiale. Voilà tout est dit. En une phrase et son commentaire. La Grande-Bretagne se servit de sa suprématie militaire et lui 'emprunta' ses matières premières, le coton, par exemple, qu'elle fit venir dans ses filatures, en délocalisant les métiers à tisser indiens en Angleterre. La France interdit l'importation de ces tissus, qu'on appelle les Indiennes, ce qui dynamisa son propre artisanat local : on fabriqua les Indiennes dans le Sud de la France.

     

    Il fût une autre mondialisation, imposée par l'Occident pilleur, copieur, chantre de la concurrence faussée.

     

    Je ne cherche pas l'auto-flagellation, non, je constate, c'est tout. Et je me dis qu'Arcelor-Mittal n'est finalement que la réponse de la bergère au berger, quatre siècles plus tard, quatre siècles pour rattraper le temps perdu, la paupérisation constante, fruit de cette première mondialisation.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :