• La santé ? Pour tous

    Photo AFP - droits réservés

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>Ségolène Royal, Présidente

    On reconnaît Yannick Noa, Renaud, Michel Delpêch au premier plan avec Ségolène Royal

     

    Hier soir j'étais chez des amis. Les parents d'un enfant handicapé avaient décidé de voter Sarkozy. Mais à cette soirée se trouvait une professionnelle d'une association chargée d'handicapés sur les Hauts de Seine. Pour elle, c'était clair, il fallait voter Ségolène.

    <o:p> 
    </o:p>
    Quand elle commença d'expliquer combien la politique du Conseil général des Hauts de Seine –rappelons que Monsieur Sarkozy est Président du Conseil général -  s'était durcie depuis son arrivée, en matière d'aide aux familles pauvres et handicapées, l'autre couple écouta attentivement.


    Le Département a limité les heures d'aide aux familles en difficulté. Et comment faire quand on a un enfant psychotique et que les deux parents travaillent au SMIC pour payer le logement et les charges de la famille. On ne peut pas l'inscrire à l'école, il n'y a pas de structures accueillant ces jeunes majeurs difficiles. Alors supprimer les heures à domicile, c'est couper toute solution possible.


    On peut être attentif au discours actuel de M. Sarkozy sur le handicap et l'Altzheimer. Mais aller dans un centre privé pour louer l'action des professionnels de la santé, c'est montrer que Monsieur Sarkozy veut mettre la santé à la portée du plus offrant.


    Mettre en place une franchise sur les premiers soins comme il le préconise sera-t-il pénalisant pour les ménages aisés ? Non, c'est pour les petits revenus que ce sera dramatique. Et on sait que ne pas accéder aux soins, c'est à terme entrer dans des pathologies plus graves et plus coûteuses. S'auto-médiquer, nouveau concept de Monsieur Sarkozy, c'est le contraire d'une politique de la santé efficace. Chez Mme Royal, on veut mettre en place des centres de santé à proximité des personnes. Ne pas traverser la moitié d'un département pour trouver un hôpital digne de ce nom, me semble en effet la moindre des choses.


    Tel n'est pas l'avis de Monsieur Sarkozy qui rêve d'une santé payée chère par les mutuelles. Mais qui peut s'offrir une mutuelle aujourd'hui ? Les sept millions de chômeurs et précaires ?

     

    Tiens, d'ailleurs, en passant, les 9,4% de chômeurs déclarés selon Euro-Stat, l'office des Statistiques de la Communauté vient d'annoncer les vrais chiffres du chômage en France. Contrairement aux pseudo-bons chiffres du chômage annoncés par le patron de l'INSEE, pendant que ses statisticiens manifestent dans la rue pour dire que les chiffres sont faux, le chômage a augmenté de 2 points depuis 2002. Est-il normal qu'un pays trafique les statistiques ? Et en passant si c'était pour améliorer les coûts du travail. Et bien, là non plus le bilan n'y est pas, les prélèvements, charges sociales et autres, ont aumenté de 11 points depuis 2002. Tel est le bilan de cette droite dont provient le candidat sortant.


    <o:p> 
    </o:p>
    Alors qui pourra s'offrir la santé dans la France de Sarkozy, les rentiers, les pensionnés, les boursicoteurs et les propriétaires ? Ceux-là seuls en auraient le droit ?


    A la fin de la soirée, le couple est reparti avec un nouveau problème. Faut-il vraiment voter Sarkozy si on veut une politique de la santé équitable et réelle et qu'on n'est pas riche ?





     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :