• Les Français, attachés au Département ?

    Florence Reymond

    13 décembre au 26 janvier 2008

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>Chaos, rêveries et somnifères

    Galerie Ouizeman

    10-12 rue des Coutures St-Gervais 75003 Paris

    Cliché Anthropia

     

     

    Mais de qui Sarkozy se moque-t-il ? S'il y a bien un problème dans les exécutifs départementaux, c'est justement que les administrés ne connaissent pas les Départements, qu'ils ne savent pas que quand la CAF paie leur RMI, c'est au Département qu'ils le doivent, que quand ils vont à la PMI, c'est au Département qu'ils vont, quand ils roulent sur une route départementale, c'est le Département qui l'entretient, de même que les collèges.

     

    Les Français ne sont pas attachés au Département, ils sont attachés aux prestations sociales que paie le Département, soit entre 50 et 70% du budget selon la générosité des conseillers, aux routes, etc. Et cela, n'importe quelle communauté de communes ou région peut en faire autant. Les conseillers généraux ne servent qu'à cautionner la politique décidée par le Président du conseil général, et se battent avec les communautés de communes pour garder leurs prérogatives, tout en sachant que celles-ci seraient et sont déjà le bon niveau d'administration de la proximité avec le niveau régional pour harmoniser les décisions nécessitant une vision plus large (articulations routes/autoroutes, ports, schéma fluvial, routier, etc.).

     

    On peut d'ailleurs s'en apercevoir puisque le problème des départements est d'installer des maisons du Département proches des citoyens, venant faire concurrence au niveau local, et que le mapping (situation géographique) des PMI, services des routes, etc. descend à un niveau local de proximité.

     

    Si pour être efficace, il faut être présent localement, à quoi sert-il d'avoir le niveau départemental, inventé, il faut le rappeler, par Napoléon, pour disqualifier le pouvoir régional et le pouvoir des pays, en créant des frontières de département cassant les logiques territoriales : unité de terre, d'habitat, bassin de déplacement, etc.).

     

    Sarkozy n'a vu dans cette suggestion du rapport Attali qu'une menace électorale, risquer de donner par cette réforme davantage de pouvoir aux régions socialistes, qu'une menace pour ses chers élus UMP, qui ne pourraient plus cumuler les revenus comme ils le font aujourd'hui et qui le lui feraient vertement savoir.

     

    Quant à l'attachement sentimental au numéro de département, je suis bien sûre que le 9-3 s'en ficherait de perdre son identité stigmatisante. Mais bon, rien n'empêcherait de conserver le découpage en département, pour organiser le travail de la région.

     

    Refuser cette réforme importante, quand les caisses de l'Etat sont vides, est un non-sens économique. Une preuve de plus du manque de vision de ce Président. C'était pourtant une belle économie à réaliser.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :