• Les grandes personnes de Marie NDIAYE

    Les dames

    Crédit photo Anthropia

     

    Théâtre, drôle de forme pour représenter le fait divers, quelques petits huis-clos intrafamiliaux, une ou deux rencontres entre familles, une  réunion de parents d'élèves ; la pièce de Marie Ndiaye est une tentative de mettre en actes les paroles, celles qui performent, celles qui noient en confusion, celles qui enferment dans la peur et celles qui délivrent des secrets.

    Il y a le secret de Madame B., mère de Karim, qui vient en étrangère comme en majesté, une majestée dévastée, ravagée, qui n'a plus qu'une force, celle de dire qu'il n'est plus question, plus temps de se noyer, qu'un godemiché du maître... Le mot est lâché, pas le verbe. Dire la difficile vérité, pour éviter qu'elle ne s'échappe en état gazeux.

    "Il nous est apparu, à mon mari, cet homme pacifique, et à moi qui suis une femme bénigne, que c'était là un très grand crime, dont la gravité nous a même donné une sorte de vertige.

    Puis, à tenter de le regarder en face, cet acte effroyable, nous en avons été éblouis, presque aveuglés.

    Les jours passent et le délit s'effiloche dans le temps monotone-mais nous nous cramponnons à notre certitude première, qu'il s'agit là d'une faute irréparable et que notre ébranlement doit résister aux efforts des uns et des autres de lui faire perdre son caractère absolu".

    Un entêtement, l'insistance d'une femme puissante.

    Mais des secrets, il y en a d'autres, à tous les étages ; les destins des familles s'entrecroisent, la fille partie loin, le fils interloqué, le Maître, un bon fils, ça se noue et se dénoue peu à peu, mais la vérité ne délivre pas du mal.

    Le théâtre pour proférer. Un drame n'est pas un récit, c'est une mémoire de mots. Des mots nitro-glycérinés, des mots calcifiés. Les grandes personnes vacillent quand ne les maintient plus le corset du secret, mais la parole apparaît alors comme ce qu'elle devrait toujours être, un bégaiement.

    Entendez-les dans Les grandes personnes de Marie Ndiaye chez Gallimard.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :