• Mathilde est revenue

    Persistance de la mémoire - Salvador Dali

    (droits réservés) - montres molles

     

     

     

     

     

     

     

     

    Next est revenue.

     

     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Next n'est pas un site d'information en ligne, appartenant à un célèbre quotidien. Next n'est pas une copine anglaise. Ni ma prochaine amie virtuelle sur Second Life. Next est...

     

     

    <o:p> </o:p>

    Elle est partie il y a quinze jours. Comme elle le fait souvent l'été, elle part en vacances. On part ensemble et elle nous fait faux bond, elle nous quitte, l'année dernière elle n'avait pris que sa semaine, là elle a doublé la mise et rajouté quelques jours. Nous aussi ça tombe bien.

     

     

     

    <o:p> </o:p>

    Et cette nuit, mue par je ne sais quelle intuition, quel don de divination, à quatre heures du mat', en général, c'est plutôt de l'ordre du rêve, mais rien pas l'ombre de la queue d'un, et d'ailleurs pas davantage de bruit, dans la campagne tout autour, rien que le doux murmure des feuillages dans le vent discret, dans la nuit parfumée de romarin, je me lève, revêt mon pagne mauricien et décide de mettre un doigt de pied dehors pour sentir l'air sur ma peau, il pleuvine, à discrètes gouttes, je fais deux pas, je marche jusqu'à la grille du château, non, ce n'est qu'une vieille maison de pierres blanches, je me laissais entraîner par la littérature, au fonds un nuage se laisse deviner dans l'aura d'une lune qui emprunte tout à Bunuel et au chien andalou, quand soudain, je la vois ou plutôt elle se fait voir, sort de l'ombre d'un cyprès, ne miaule même pas, façon de rentrer tout discrètement dans la maison, vaguement gênée, oserais-je dire, elle fait celle qu'était là depuis toujours, qui avait fait un tour et qui revient.

     

     

     

    <o:p> </o:p>

    Alors, un grésillement de cerveau se fait entendre, de type circuit électrique fatigué, ce sont mes neurones qui accrochent un truc qu'on appelle « retour inespéré du chat », une phrase rare, quasi impossible, le genre de connexion que vous n'avez pas en synapses car cela ne se produit jamais, le retour d'un chat après dix-sept longues journées, où tout le monde demande et où vous répondez invariablement non, elle n'est pas rentrée.

     

     

     

    <o:p> </o:p>

    Car à propos de chien andalou, Next est une chatte, notre petite minette toute en souplesse, une noire striée de blanc, une quelconque, mais mignonne et qui se tient, car même au bout de quinze jours, Next est toujours propre sur elle, rien d'une va-nus-pied à la chevelure défaite, elle arbore fièrement son pelage lustré et certes quelques kilos de moins, mais en forme vous dis-je. Les vacances furent bonnes. Sans doute. Car si elle manifeste, miaule et lèche d'abondance, va et vient en vous regardant, Next n'a pas encore l'art de la parole, j'hésite à l'inscrire dans un cours Berlitz, car je ne crois pas qu'ils fassent chat-français.

     

     

     

    <o:p> </o:p>

    Next est rentrée et nous aussi -quand je pense qu'on a failli rentrer sans elle, nous allons rentrés par le chemin des écoliers, qui passe par des sentiers où internet ne passe pas, cela existe, je les ai rencontrés. Alors, tout cela pour vous dire, que jusqu'à dimanche, le site sera aussi en vacances. Ciao, bye bye, hasta luego. Les commentaires seront interrompus ce soir, car on part tôt demain matin.

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :