• Nommer moi-même

    Jimmie Durham

    En ce moment au Musée d'art moderne de la Ville de Paris

     

    Nommer les choses, ce qu'on voit, ce qu'on devrait voir,

    la fin de 68, l'histoire de France, la lettre de Guy Moquet,

    le travailler plus pour gagner plus, ça rime, c'est bon.

    Nommer les gens, le Besson, le Kouchner, la Dati, la Yade,

    les nommer pour les mettre là où on veut.

    Nommer le monde et vouloir être le seul Nominateur en chef,

    et il dit Que la lumière soit et la lumière fût.

    Et quand c'est la crise, nommer qu'on en est au milieu,

    ou nommer qu'on n'en sait rien, mais lui plus que les autres,

    car ne rien en savoir avec autant d'énergie, c'est plus fort.

    Et nommer le patron de France Télévisions,

    nommer le Pérol à la tête du groupe banque,

    nommer les ministres pour qu'ils aillent dans les commissions

    empêcher les sénateurs de délibérer,

    nommer le chateau de Rambouillet à la Culture,

    pour que disparaissent des coûts du budget de l'Elysée,

    bien qu'on y ira quand-même, avec Belle-maman,

    qui a ses vanneries à côté.

    Nommer moi-même en mon nom momifié de la monomique.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :