• On approche, on approche

    Sel de la vie

    Crédit photo anthropia # blog

     

     

    Vous trouvez encore, çà et là, un ou deux pavillons perdus, tiens celui-ci s’est offert un vitrail, retour de la chapelle, le miracle de jésus auprès de la fille d’un fidèle visité, les vitraux dans les banlieues n’y sont pas, ou alors dans les basiliques rattrapées par les migrants, ou dans petite boutique improbable des places, acheter ces coins de lumière pour faire reflet sur le sol, cet art d’attraper le soleil pour filtrer l’ingrate pauvreté, et c’est gemme quand c’est fait, c’est tentative sur la laideur, l’intérieur des maisons se bat contre l’agression, et c’est perle dans l’huître quand c’est fait, la banlieue a de ces niches qu’il faut savoir déceler, jours tranquilles à.

    Vous voudriez encore la trace du beau, et peut-être même les signes illisibles d’une trace, comme sur ce mur délabré, ruine des Trente, qui apparaît, veines bleues d’un papier peint de chambre d’enfant, déchirure, tenter de reconstituer, il y avait là un petit, des jouets ô si peu dans ces temps, on shootait d’un carton, on tapait dans une boîte de métal ou de deux, qu’un peu plus tard dans les années on reliait entre elles d’une corde plastique, et quand on se parlait avec P., ça faisait téléphone, je te reçois, tu me reçois, et puis on chantait, ma Sarimarai, une ballade du Transvaal, bien loin de mon cœur, voix virginales, y a des familles comme ça, qui chantent à quatre voix, sans même l’avoir appris, c’est dans les gènes, on devine où le son de l’autre va aller et on le suit de quelques pas, on flirte parfois à revenir à la même note, puis on repart tranche de trois, tranche de cinq, tranche de deux le plus souvent, ça se poursuit, une harmonie, y a des familles comme ça, ça chante partout, en voiture, chez les amis, une famille chantante, si gaie, ne creusons pas, derrière le la, y a bémol, vite vite rétablissons, risque.

    Mais l’Amant vous tire le bras. Alors vous chantez Révolution, Jean Jaurès, liste des noms des rues, une enfilade qui avale les pas, ailleurs un repique vient ajouter aux sifflets le son métal de ses rebords, la main à cet endroit de percussion, c’est encore loin mais ça résonne.

     

    Droit de retrait de Paperblog

    Merci de ne pas télécharger ce texte/image






  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :