• On la refait

     

    Tentons de réécrire l'histoire dans un futur virtuel, dans une école "juste" qui aurait réfléchi à son projet pédagogique, qui développerait des valeurs d'exemplarité des profs, de justice, de capacité à s'améliorer, le droit à l'erreur, le droit à l'excuse, le sens d'une autorité juste de la part des profs. 

     

    Un prof entre énervé dans sa classe du matin. Il voit que la salle n'est pas installée. Re-prise de tête. Il s'approche d'un écolier et balance toutes ses affaires par terre.

     

    Scène alternative 1

    Devant la tête de l'écolier, il dit : je te demande pardon, je ne sais pas ce qui m'a pris. J'ai eu une mauvaise matinée. L'élève dit bon. Le prof se baisse et ramasse.

     

    Scène alternative 2

    Le prof est énervé. Il se souvient de son cours de relaxation, pris une fois par semaine. Avant d'entrer dans la classe, il se demande ce qui l'énerve, se rend compte que c'est sa femme qui l'a insulté ce matin et qui se met à ressembler à sa mère. Il se calme en se disant qu'il va régler ça. Il respire calmement cinq fois et entre dans sa classe zen.

    Il demande alors aux élèves de retirer leurs affaires des tables pour réorganiser la salle.

     

    Scène alternative 3

    Le prof est énervé. Il a viré les affaire de la table. L'élève l'a traité de connard. A ce moment-là, il dit : bon, on arrête là les hostilités. Je n'avais pas le droit de virer tes affaires comme je l'ai fait et toi tu n'as pas le droit de me traiter de connard. On en reste là, d'accord ?

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :