• Où sont les lions de Danh Vo ?

    Lustre du Centre de Conférence de l'Avenue Kleber

    où ont eu lieu les négociations de paix entre Américains et Vietnamiens

    13 mai 1968

    L'artiste : Danh Vo

    Fleurs d'intérieur

    Kadist Art Foundation (Paris)

    Crédit photo Anthropia




    Danh Vo, prononcez ian, artiste danois, d'origine vietnamienne,

    a commencé un travail passionnant,

    nous emmener dans un no man's land, celui des échanges paradoxaux

    entre les missionnaires, les colonisateurs européens,

    et le Vietnam ; il ne se situe pas du côté des vaincus,

    n'est pas dans une quête identitaire,

    il interroge plutôt l'imaginaire commun entre nos deux continents.

    Le lustre qui a vu les négociations de paix à Paris

    à la fin de la guerre du Vietnam en mai 1968 ;

    la lettre d'un missionnaire catholique sur l'accueil

    fait par les Lndochinois à certains de ses correligionnaires ;

    les objets donnés au père de l'artiste

    par l'Etat danois à son arrivée du Vietnam ;

    la branche d'arbre, prélevée sur la tombe

    d'un frère mort au Vietnam par l'artiste,

    dont il décrit en photo chaque étape

    du difficile transport en Europe :

    l'arrosage en transports en commun,

    l'abri dans le lavabo de la chambre d'hôtel,

    jusqu'à son exposition à la foire de Bâle.

    Qu'on ne s'y trompe pas, l'artiste n'est pas le fils d'une victime de la guerre,

    il est une jeune Danois contemporain, un pied sur les deux continents,

    qui fait non pas l'aller-retour culturel, mais qui nous montre à voir

    les relations d'amour-haine qui régissent leurs échanges depuis longtemps.

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :