• Paysage judiciaire

    Auvent (détail)

    Gauthier Sibillat

    Salon de Montrouge

    Crédit Photo Anthropia

     

    Il y ces jours-ci une judiciarisation de l'affaire Woerth-Bettancourt,

    une enquête dont se saisit la juge de Nanterre,

    pour instruire les fameux enregistrements du Majordome,

    dans le cadre du procès Banier/Bettancourt fille ;

    une enquête sur la fraude fiscale de Mme Bettancourt,

    diligentée par Bercy ;

    Une autre sur le financement des partis par cette même milliardaire,

    diligentée par le Parquet de Nanterre.

    Il y avait la plainte de Bettancourt contre Médiapart,

    mais qui a fait long feu.

    Et cette autre pour diffamation de Mme Woerth.

    Il y aura désormais la plainte de M. Woerth contre X.,

    il ne pouvait faire moins, vu son embarras au JT de Ferrari,

    lorsqu'elle lui a demandé pourquoi il ne portait pas plainte.

    Et ces derniers temps, le paysage judiciaire est devenu foisonnant,

    confus, ramifié, les plaintes devront attendre que soient résolues les enquêtes

    pour savoir si la diffamation est réelle ou pas.

     

    Et tout à coup, Martine Aubry demande

    à ce que les enquêtes soient dépaysées.

    Dépayser, quel beau mot.

    Les enregistrements mettaient en cause le Procureur Courroye,

    comment est-il simplement "possible"

    que son parquet enquête sur le financement des partis,

    dont parlent ces mêmes enregistrements ?

     

    Dépayser, pour sortir l'affaire du marigot,

    le pays du 92, de Neuilly, du Parquet,

    du Procès Banier-Bettancourt.

    Dépayser pour rendre compte au pays, la France,

    pour que vérité soit établie et justice soit rendue.

    Y a-t-il une autorité là-haut

    pour qu'on impose le dépaysement aux hommes du Président ?

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :