• Crédit photo anthropia # blog

     

     

     

    Eliminer les possibilités.

    Emis l’idée des peaux ciblées,

    trier les possibles limités

     

    Milite aux pôles bi-plissés ?

    Non, non, non

     

    Plier les beaux mobiles illicites

    A citer les limes oubliées,

    on publie les mines pulvérisées,

     mi-poët cille en bête .

     

    Mille cités aux peaux blêmes

    immunisent le Pô des leurres.

    Tes cibles, bille en tête

    Ne se terminent pas en bile.

    Lis, milite, ne plie.

     

     



    votre commentaire
  • Au 6B

    Crédit photo anthropia # blog

     

    Imputation au paysage

     

    Contemple la zébrure

    au bord d'une écume d'olive

    Vers l'est la coulure tend la flèche

     

    Un repli de bras,

    une géométrie -pointillé

    au hasard, un cahot,

    callosités de sombre pogne

    un sillon égaré qui attend son midi

     

    En cette solitude de blé

    qu'un oeil comble

    d'hypothèses et d'Egypte

     

    la corne agresse

    agreste corrida

    de langues détourées, la paille l'accompagne.

     

    sur le fond du ciel achamarré

    la colline

    ô le nimbe yellow

    d'un dôme fatigué

    au sol la crête de ruines

     

    nul n'est plus petit

    que ce champ d'espérance.

     

    Les Monts de Lacaune, 1992


    votre commentaire
  • Crédit photo anthropia # blog

     

     

     

    Quand,

    quand la douleur plutôt que rien,

    quand lutte l'os pour sortir,

    qui,

    qui pour la plaindre,

    qui pour l'écraser d'un revers de pied,

    ce fourmillement d'éternité en soi

    comment l'âme,

    la fourmi se signale,

    herbes amères plutôt que renoncement.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Jakob Gautelle

    Sens de la visite

    Galerie d'Yvon Nouzille

    Crédit Photo Anthropia

     

     

     

    Blanche, de Castille, de ces silhouettes dans les cours qui me laissaient espérer qu’on peut être Reine parfois et femme et quelqu’une.

     

    Et puis elle, bien sûr, puisqu’il faut la nommer, celle qui me semblait chaude enfant, comme ces mains qu’elle gerçait, comme ces murailles de diamant sous l’éclat de la lune, que les monstres d’acier repoussaient d’un côté et de l’autre, pour nous accorder la grâce d’une marche vers l’école, ou lors de nos retours de la chorale la nuit, quand on se sentait chaud des musiques dans le corps.

     

    Blanche, mon âme, chaque fois que j’entendais les flétrissures, qui me prenaient par surprise, et qui gardaient mes yeux ouverts à les ressasser, à l’heure de la traversée nocturne.

     

    Blanche, la collection, quand j’appris qu’on la nommait ainsi, et qu’elle vint figurer un lacis camaïeu, tant il n’est jamais de blanc aussi blanc qu’un autre blanc.

     

    Blanche, l’écriture, celle de Beckett, même ce dimanche au Bois quand nous étions venus nous asseoir à côté d’eux, celle de Blanchot, à l’approche du pistolet pointé, ou celle de Duras de La maladie de la mort, qui secrétait déjà, comme tant d’autres après.

     

    Blanche, ma voix, quand la froidure la glace, quand elle se brise de toutes ses accointances avec le doute, quand l'écriture échappe, qu'on la tente, qu'on l'échoue toujours.

     

    Blanche.

     

     



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique