• Point de fuite : sépia et jaune

    Destruction 2

    crédit photo anthropia # blog

     

     

    La couleur sépia s’est accrochée aux visages que je scrute, jamais je ne saurai la vraie teinte de leur chair, juste ce bistre qui les recouvre plus sûrement qu’un voile les fantômes, ou plutôt la nature même de leur texture, comme sans doute l’enveloppe spectrale constitue l’âme qui erre, même pas une théorie de l’oignon, rien d’autre qu’une pelure, et dessous, la disparition. Elle fait peau, mais sans volume, pas d’écorché, pas d’os, un à-plat de grège, d’ocre, de jaune, et le lustre du papier brillant, c’est ainsi que les hommes meurent sur le papier.

    S’ils meurent, parce que de l’homme, j’ai la trace des outils qu’il fabriquait pour leurrer les Allemands, les propriétaires avaient exigé qu’on ralentisse la production, il avait obéi, un Alsacien qui fabrique des pièces à échouer, comment ça fait d’inverser la cadence, contre la qualité ça déchire, juste une phrase dans une lettre de sa femme, il est très occupé, il conçoit des outils, pas su quoi, des fraises ?, des emporte-pièces ?, je comprends l’évolution des machines-outils. J’ai aussi un témoignage, un grand-oncle qui raconte qu’il décidait des recrutements, chacun l’approchait espérant un contrat, il faisait la pluie et le beau temps, ce genre de phrase qui reste. Et un rouge au front, mon père enfant, la tête baissée, passant devant les ouvriers fiers qui occupent l’usine pour apporter la boîte en fer, le repas du contremaître, retenu prisonnier avec l’ingénieur et peut-être un des frères P. Usine occupée. Les pères de ses copains, un trente-six à l’envers pour l’enfant, il n’a jamais voulu du pouvoir devenu grand, a refusé les promotions de chef, celle d’élu, ne disait pas pourquoi, je l’ai su, la Mère supérieure qui me l’a dit. Une tache, le jaune, beaucoup frotter le bleu de travail pour l’enlever au lavage, on n’y parvient pas, honte. S’est rattrapé en partant au maquis, sa lettre au Père, mais pas les mots.

    Que retient-on d’une photo, le récit autour, qu’il a dirigé lui-même le convoi de toute une usine en débâcle, un exode qui part à Bordeaux, qu’on le respecte, que ses hommes l’appellent Patron, qu’une fois sur la plage, là-bas, les bombes sont tombées, frayeur, la sécurité n’en est pas une, comme une répétition générale. A demandé à remonter. Et les camions se sont remis en route, ont retraversé la France chargés des machines-outils, relogées derrière les manteaux des ateliers.

    Quelques lignes aussi sur une carte postale, elle, qui écrit le grand chambardement, un mot de là-bas, les militaires, puis se tait, se tait, se tait. Juste ses verrines, ah oui, ces centaines de verrines enterrées dans la cave, la virtualité de conserves et de confitures, son acte de ménagère prévoyante, qu’on a toutes déterrées et jetées trente ans plus tard, quand on a quitté le mausolée, mais qu’est-ce qu’elles faisaient là ?

    Et des réponses de la fille parlant de lui, ses préparatifs de la semaine, avait des jerrycans d’essence, son influence, savait que la DCA allemande s’installait dans les usines, savait que les peupliers de Jean-Pierre allaient être rasés, l’information, avait retiré les doubles-fenêtres, plus prudent, avait prévenu qu’ils arrivaient à quinze kilomètres dans la maison de campagne, avait fait les bagages, le précieux, ce qu’on emporte, on ne sait jamais quand ça frappe, avait chargé la voiture, son privilège, tout était prêt, ils n’avaient qu’à partir. Le soir du quatorze juillet, avait plaisanté aux lampions sur la terrasse, qu’ils s’aimaient tellement sa femme et lui, qu’ils mourraient ensemble. C’était deux jours avant, croyait pas si bien dire.

    Dévider le film dans sa tête, toute-puissance, je vaincrai ? Il avait tout organisé, et puis rien ? Pas bougé, tétanisé ? Joué à la roulette russe, une chance sur deux ? Ne pas quitter le navire ? Qu’est-ce qu’il s’est passé dans sa tête ? Il n’a mis personne à l’abri, tout ou rien, la famille est restée, a attendu la sirène, s’est cachée au verger. Au jeu du qui perd gagne, l’a joué, l’a gagné. 

     

     


     

     

     

     



    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :