• Revisité revisited

    Jaume Plenso

    Proverbs of hell 32

    One thought fills immensity corps

    Biogallery, Fiac, 2007

    Crédit Photo Anthropia

     

    Revisité. Le pull marin revisité.

    Le web revisité.

    Le tiramisu ou Picasso revisité.

     

     

    Il y a de la visite, façon tourisme,

    on y retourne, eyes wide open,

    on tente d'y voir quelque chose qu'on ignorait.

    Le revisité est d'abord affaire de regard.

     

    Mais aussi d'action.

    Le pull marin revisité, c'est les rayures

    qu'on tricote en obliques,

    un petit col claudine pour déloger le col en V,

    ou tiens, les motifs teints à même la soie sauvage.

    Le pull marin comme du canada dry.

     

    Et c'est là qu'est la ruse.

    Revisité, c'est du commerce,

    du marketing, du qui vous fait prendre

    du fake pour de l'authentique,

    je ne parle pas ici du venture,

    qui convoque la mélancolie.

     

    Qu'y a-t-il, sans blague, de plus laid

    que des lattes de parquet revisitées

    en lattes de plastique, couleur du bois comprise.

    Comment croire à leurs balivernes,

    la cheminé en fausses pierres

    vous replongeant dans la maison de grand-mère ?

     

    Mais bien sûr dans revisité,

    il peut y avoir de la créativité,

    un tarimisu revisité à la vanille,

    au kiwi, peut avoir son charme.

    Quand l'alternative proposée

    vous rend curieuse, vous donne des images goûteuses,

    apporte de l'invention, du charme, de l'humour.

     

    Mais alors le web revisité, c'est quoi ?

    Parce que le web on le revisite tous les jours,

    on ne fait jamais le même itinéraire entre les liens,

    c'est une partie de ping-pong,

    où rien ne se passe jamais comme avant.

    Le web revisité, c'est presque pléonastique,

    par définition la toile est un système de neurones,

    qui construit des connexions inattendues.

    Que ne dit-on partout,

    que le web est une des rares aventures

    de notre quotidien ?

    Oui, le "cul sur ma chaise",

    comme disait le méchant Denis Olivennes,

    je voyage, je rencontre,

    j'erre, je me confronte,

    et l'aventure parfois bouleverse,

    allez-donc faire un tour chez K., crabistouille, MDA.

     

    C'est peut-être le re- de revisité qui me gêne,

    dans ce qu'il enferme dans un rituel,

    et re-belote,

    et le mot visite, j'aime pas les visites,

    leur côté restreint,leur fausse nouveauté,

    le sempiternel apéro avec les amuse-gueules,

    tous les dimanches, j'allais en visite chez ma grand-mère,

    j'aurais dû dire en re-visite,

    et n'avais pas l'impression que c'était du revisité,

    pas plus d'ailleurs que l'invité-surprise

    qui ressort son éternel oeuf à la noix,

    que son garçon fait mine d'admirer,

    il ne faut pas décevoir papa.

     

    Revisited finalement,

    c'est l'aporie de la consommation,

    voilà tout ce qu'on sait faire aujourd'hui,

    les 70'ies revisited,

    le rock and punk and jazz and what else r.........

     

    Allez, un peu d'art contemporain pour se revivifier,

    cet après-midi, le vernissage de la Galerie Air de Paris,

    rue Louise Weiss,

    et plus tard, Wolf von Kries à la Ferme du Buisson,

    de quoi se déglacer les neurones.

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :