• Rewind

    Crédit Photo Anthropia

     

    En aviron, on avance en se tournant vers l'arrière.

    Pour avancer dans ma réflexion sur la sale époque qu'on vit,

    j'avais envie de retourner à ce que Daniel Cordier ou Régis Debray

    appellent l'âme perdue de la France.

    Nous aurions perdu notre âme,

    lors de l'appel du 17 juin 1940 du Maréchal Pétain,

    et quand nous avons ouvert les portes de Paris,

    Paris Ville ouverte, aux Allemands.

     

    Mot désuet de deux vieux,

    qui n'en reviennent toujours pas de la débâcle ?

     

    Si on fait un petit retour au passé,

    nous serions tenté de les croire.

    Nous avons perdu la dernière guerre,

    les Américains et les Russes l'ont gagnée pour nous.

    De Gaulle revenant d'Angleterre à la fin de guerre,

    c'était renouer avec notre gloire, notre âme,

    et les descendants de De Gaulle,

    même Mitterrand et son passé de résistant,

    jusqu'à l'appel de Villepin contre la guerre en Irak,

    en incarnaient encore l'espérance.

     

    Mais depuis Sarkozy, depuis Hortefeux, depuis Besson,

    depuis notre entrée en bourgeois de Calais dans l'Otan,

    depuis ce débat sur l'identité nationale,

    depuis les cadeaux faits aux entreprises du CAC 40,

    n'a-t-on pas cette impression que l'âme de la France

    s'est cachée derrière le paravent du commerce

    et les circonvolutions d'une certaine forme de pétainisme moisi ?

     

    Je n'aime pas cette idée,

    pourtant jamais je ne me suis aussi peu sentie fière d'être française.

    Personne pour incarner au plus haut niveau de l'Etat,

    ce génie si particulier des Français,

    cette capacité à se révolter contre les privilèges,

    cette douceur de vivre passant avant le struggle for life,

    cette solidarité embrassant toutes les provenances.

     

    Personne.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    andie
    Vendredi 21 Mai 2010 à 18:41
    tristesse
    Oui, il y a de quoi se poser des questions. Que nous réserve l'avenir ? Moi pareille, je ne me sens pas très française, parce que je ne le suis qu'à moitié peut-être ? Mais , j'ai la peau blanche, ça va, "n'est-il pas comme disait MDA ?" On ne se bat plus car il n'y a plus que le dieu argent, et que nous avons une forme de monarchie qui est bien installée, je le crains. Peut-être faisons-nous marche arrière , en ce qui concerne les pouvoirs , où est encore la séparation des pouvoirs ? Mais bon, je continue à espérer , j'aime mon pays, sa langue, ses écrivains, l'art , tout ce qui fait la beauté de notre pays.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :