• Rexi nous a quittés

    crédit photo anthropia # blog

     

     

    Longtemps que je n’ai pas parlé de Mina et Robert. Ai vu Mina début juillet, elle souffrait de douleurs abdominales, elle s’est fait soigner, lui ai apporté une des couettes que j’avais dans un placard. Ce qui m’est apparu plus clairement dans nos bribes de conversation, c’est que son mari vivait avec eux, ce que je n’avais jamais compris avant.

    Mais il y a une semaine, et je sais bien pourquoi je n’écris qu’aujourd’hui, j’ai croisé Mina et Robert en sortant du Franprix, c’était samedi.  Ils arrivaient pour s’installer sur le petit bout de trottoir, côté ombre. J’ai demandé des nouvelles du chien et ils m’ont dit ensemble, dans un même cri du cœur, Rexi est parti. Et je joignis mon « oh » de tristesse à leur concert de soupirs.

    C’est à ce moment-là que j’ai aperçu sur le front de Mina une longue cicatrice blanche, en plein milieu du front plutôt côté gauche, une horizontale droite, en relief, comme le contraire d’une ride sur son front lisse, avec deux minuscules bourrelets parallèles de chaque côté, et même que je ne voyais plus que ça et que ça m’envahissait, cette ligne, qu’à peine un centimètre et demi plus bas, c’est ses yeux qui auraient pris, que je n’ai pas pu m’empêcher de demander, tu t’es fait mal, que je l’ai vu chercher dans certaine zone à l’arrière l’explication officielle, qu’elle a failli me la dire, puis a changé d’avis, son regard lavé, je savais qu’elle avait décidé de ne pas me cacher les choses, et sais pas pourquoi ai pensé au film Un chien andalou, à cette lame au clair de lune, et j’étais si mal, parce qu’elle est belle, Mina, que son visage est pur comme celui d’une madone, qu’avec ses yeux verts, on est en Italie avec Piero Della Francesca, quand on la regarde, et que là, pensais juste au « selfie à deux » que j’avais pris avant que ça n’arrive, et que pourrais lui restituer son visage d’avant, qu’il fallait de toute urgence l’imprimer, ça ne part pas, disait-elle, il faudra du temps sans doute, t’es allée à l’Hôpital, oui, t’as fait des points de suture, j’ai fait mine de coudre, oui, elle me montre sa main, cinq, et vu les petites croix minuscules, compté, oui, cinq, puis elle, remontant un peu les épaules, faisant tomber d’une moue ses commissures de bouche, c’est mari, couteau.

    J’ai jeté très vite un œil à Robert, qui en était encore au chien, puis dans un chassé-croisé entre elle et lui, à elle, mari, méchant ?, à lui, excuse-moi, Robert, et lui venant de comprendre, affiche un large sourire de fils heureux de son père, non, c’est pas exprès, mi-figue, mi-raisin chez Mina, c’est à cause du chien. Comment ça ? Oui, le chien est parti, à cause des feux d’artifice, il a eu peur, c’était le 14 juillet, à cause du bruit, le chien est parti, Mina montre une laisse imaginaire qu’elle a défaite, et papa était furieux, il a sorti le couteau, fait des grands gestes, moue à commissures tombées de Mina, et c’est comme ça, et Mina sourit, oui, c’est comme ça, mouvement des épaules.

    N’en saurai pas davantage, si on cache les choses au fils, si Mina joue à être victime du mari, si le mari est un dangereux psychopathe ou juste un propriétaire de chien ayant trop arrosé le 14 juillet. J’ai tenté pour consoler, Rexi pourrait revenir, Mina fait non, nous plus dans cabane, et Robert dit non, il sait pas où on est, le chien.  

    On a papoté, j’ai ressorti quelques trucs que je m’étais acheté de la poche de plastique, et juste avant de partir, Mina m’a demandé, comment il va, Darius ?, toujours ce fil ininterrompu entre nous, notre conversation infinie, et j’ai répondu, il s’est réveillé, il n’est plus dans le coma. Elle a pointé son index vers le ciel et dit avec un grand sourire, c’est Lui, il est là.

     

     


    madone de Senigallia, Piero Della Francesca

    Piero della Francesca, Madonna of Senigallia,

    ca. 1470-78, Tempera on wood, (Ducal Palace, Urbino)

     

    un chien andalou, Cinémathèque de Toulouse

    Un chien andalou de Luis Buñuel et Salvadore Dali,

    Cinémathèque de Toulouse

     

    Piero Annonciation

     

    L'Annonciation remarquable de Piero della Francesca,

    conservée à la Galerie nationale de l'Ombrie à Pérouse Italie

     

     

     

     

     

     


     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :