• Soyons ehad

    Peter Coffin

    CREDAC, IVRY

    Crédit Photo Anthropia

     

     

    Ehad, un mot hébreu qui signifie Un, Unique.

    Mais ce n'est pas pareil, n'est-ce pas,

    d'être Un ou Unique.

     

    Adonaï ehad. La prière.

    Pour certains, c'est à un Dieu Unique, qu'on fait référence.

    Dieu est unique, donc Dieu est le seul, donc mon Dieu seul existe,

    donc ton Dieu n'est pas le bon, donc Gott mit uns.

    Cette acception de Dieu, une sorte d'être surmoïque, s'imposant à tous,

    cette acception-là est la source de toutes les guerres.

     

    Mais la racine de ehad renvoie aussi à Un, du côté de la complétude.

    Un rabbin de ma connaissance dit

    que la prière du soir et du matin des Juifs

    est en fait un appel à la réunification interne.

    Adonaï ehad, Dieu est Un, serait convoqué

    pour aider l'homme à se réunifier,

    d'une nuit de rêves et de cauchemards

    nous laissant en morceaux au petit matin,

    ou d'une journée où les émotions et les violences

    nous auraient éclatés en mille fragments.

    Dieu n'existerait donc que comme principe d'unité en soi,

    une conscience qui ravive le sujet, laréflexivité de l'être.

    Cela me va bien.

     

    Dira-t-on assez l'importance de la traduction

    dans le commerce de l'homme avec lui-même ou avec les autres.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :