• Timetable, à table

    ouverture de toit
    crédit photo anthropia # blog

     

    J’ai décidé de faire mon timetable,

    A afficher au-dessus du bureau,

    Mais comme j’écris sur la grande table,

    Va me falloir ça en un autre format.

     

    Timetable, donc.

    Lever tôt, 6h ?, pas très tôt,

    Mais je n’y peux, j’aime mon lit le matin,

    Quand je mets à sonner mon impatient, le rêve me retient.

    Donc 6h, pour entendre froid dans la tête,

    Le la de soi.

    Ecrire deux heures, entre le thé et le café,

    S’empêcher d’écouter Les Matins, d’aller lire sur tablette,

    de triturer les textes, en long en large et en travers

    Ça le plus difficile, va me falloir tel Ulysse m’attacher au mât.

    Car à petite sirène les chants sont du maître,

    ce malin qui vous guette depuis les persiennes.

    8h30 à 9h, la marche.

    Or donc, nous voilà rendu vers 9h, une petite incartade radio

    Puis aller à lecture. Là on a droit, on a déjà deux belles heures de couché sur le papier.

    9h-11h, plutôt l’intégrale Claude Simon, par ces jours, puis on met au feu les plats du déjeuner.

    sans se couper de préférence, ces potimarrons sont éprouvants pour les doigts layolés.

    Mais surprise parfois d’un texte qui se déclare à l’échappée d’un mot qui obsède des pas, le plus souvent une réponse qu’en escalier on a saisie et qu’il faut ajouter son mot, qu’on ne peut renoncer à y aller sur le papier, peut entraîner une heure ou plus.

    12h, on se rattrape un peu sur Twitter, les liens, les sites qu’on aime,

    On déjeune.

    Et puis retour 14 heures. Là, en principe on est crevé, donc on fait la sieste d’une heure.

    On repart dare-dare à 15h jusqu’à 19h, avec le break twitter au thé, plutôt des recherches dans ce temps ou relecture, corrections sans trop enlever du flux d’inspiration. Avec toutefois un pic vers 18h, là on a une sorte d’inspirée virgule.

    A 19h, on lit, en ce moment lecture d’Ecrire la Vie, avec retours aux livres tant aimés d’Annie Ernaux, j’en suis aux photos. Beau. Infidélités avec Les Exilées d’Eschyle et d’autres livres, etc.

    A 20h, c’est selon, amis ou pas, twitter ou pas, enfin le soir, ça peut aussi être écriture, quand ça prend, qu’un poème arrive ou pas, ou spectacle à distance, du théâtre, un peu de cinéma, s’inspirer des auteurs respectueusement.

    Mais je pense que le livre va s’écrire complètement dans l’enterré des heures, hors wifi, et pas joujou, et pas amour, comme mes rapports enfournés sur trois jours, que je fume, et pas que cigarettes, que quand toute la matière, là, préparée à coups de research, de bribes, de macramé, je prends tout et dans les heures de la grande envolée, je sculpte la forme finale.

    PS : Mais tout ça est bien théorique, le boulot, les travaux maison, la douceur des bulles à la salle de bain, les visites, alors tenir au moins le matin tôt, c'est déjà bien.

     



    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :