• Who's who du web, es-tu là ? (MàJ1-corrections)

    Jiro Nakayama

    Vide

    crédit photo anthropia # blog

     

    Who’s who sur la toile

     

    Mais qui sont donc les gens qu’on croise sur la toile ? Tous ces gens qui affichent des prénoms et des noms, de plus discrets sous des noms d’emprunt, ceux qui prennent le nom de leur mère ou  qui changent de peau comme de chemise, myriades d’identités. Finalement les plus cohérents sont les gens à notoriété, au moins ils engagent une certaine responsabilité sur leurs noms, même si sans doute nombre d’entre eux se dédoublent, détriplent, etc. pour de bonnes et pour d'autres parfois d'obscures raisons. Et ça trouble la vue.

    Sur Twitter, c’est un véritable ballet, les pseudos, la cadence des 140 signes, le nombre élevé de trolls, les TL lourdes de followers et de followés, donnent parfois le tournis. Et si de plus on a des raisons de penser qu’Untel ou Untel tweete aussi sous tel pseudo, ça devient carrément flippant. On entre alors dans un jeu des devinettes, on tente de repérer un style, une tonalité. Parfois on y arrive, on se dit, tiens, celui-ci résonne comme celui-là. Mais est-ce toujours fondé ? On se fait piéger plus souvent qu'à son tour.

    J’ai beau jeu de dire ça, moi qui blogue depuis sept ans sous anonymat, plus ou moins bien cachée plutôt mal que bien d'ailleurs, la faute entre autres à Google et à ce que je laisse peu à peu se dévoiler, pseudo trimballé sur Twitter et sur quelques blogs et sites que j’aime. J’avoue avoir fait quelques écarts, parfois ai moi aussi utilisé d’autres pseudos, assez rarement toutefois vu ce que je communique sur la toile, c’était plutôt contextuel quand je le faisais, souci de discrétion pour celui à qui je laissais des messages, ou réserve à me parer de mon nom, le vrai ou le pseudo, quand je sentais que ce n’était pas approprié. Mais ne boudons pas le plaisir des hétéronymes, un peu comme dans les langues on parle différemment selon qu’on s’exprime dans tel ou tel nom d'emprunt, qui façonnent la colorature par le chant des mots, le rythme des phrases et j'aime les mises en abîme quand elles sont de qualité et même tiens, quand elles frisent avec le passé, un Ajar contre un Gary.

    Pourtant je communique la majorité du temps sous ce pseudo, Anthropia # blog, je le considère d'abord comme mon terrain d'expérimentation favori, je ne devrais pas avoir à le dire, c'est écrit dessus, essais/erreurs, mon labo, mon chemin de serendipity, comptant bien y faire quelques découvertes sur ces artistes et sur moi, mais aussi comme une « marque » dans un sens non-commercial, un territoire d'art brut, ma construction insolite, une image de moi, identifiable, repérable, Je est un   , -qui jusqu’il y a peu protégeait mon identité professionnelle, je ne souhaitais pas mélanger les deux-, mon gueuloir aussi, un endroit où me mettre en attendant. En attendant quoi, je ne me le disais pas.

    Et je souhaitais qu’on puisse m’identifier y compris dans cet alter ego, sans doute aussi comme test de ma propre cohérence ou incohérence ou des évolutions de moi que permet cette continuité, une sorte de série d’autoportraits de pensées, comme ces photos qu’on mitraille sur un paysage pour un faire un kaléidoscope, jamais tout à fait au même endroit, mais quand même dans une certaine continuité de ton.

    Mais in fine, ce que je revendique, c'est le fait d'apprendre ici, journal d'écriture, difficultés de mise en page, approximation des références, fôtes d'ortheaugraf, j'ai tout commis ici, je n'en suis pas fière, ou plutôt si, fière de montrer la bête en train d'acquérir les armes, peu à peu, dans la douleur et dans le rire, l'impulsion et la réflexion, je ne suis après tout qu'une femme fille d'un et d'une soeur de mes frères et de mère d'un fils ex de plusieurs amoureuse de la pire espèce, celle qui avance et qui ici fait travail d'écriture, parce qu'un style, ça se gagne, et qu'on ne sort au grand jour que quand on a enfin le sentiment que c'est mûr, prêt, que là-bas sur le nouveau site on pourra afficher.

    Alors chacun a ses raisons pour l'anonymat, mais ce qui me gêne dans les pseudos, c'est quand ils cachent une intention de nuire tangible, viscérale. Là ça me fatigue et ce soir c'est le cas.

    Je me prends à rêver d’un Who’s Who des pseudos, oh pas la véritable identité, je respecte les motifs des uns ou des autres à se parer d’un autre costume principal que celui de leur naissance, non simplement une table d’équivalences, Untel est aussi Untel et Untel, quelque chose de ce genre. C’est de ça dont je rêve parfois, quand je voudrais que le monde soit un peu plus clair. Certaine nuit propose un Who's Who des infréquentables. Je ne sais pas qui est Selenacht, mais l'idée m'irait assez.

    Naïve. Mais qui a dit que le monde devait l’être, transparent, je range mon idée, après tout il y avait déjà des corbeaux dans les villages il y a longtemps, les trolls laissaient à certaines époques des poupées piquées d’aiguilles ou des oiseaux crucifiés sur les paillassons, mais on a aussi vu des adeptes de l'éducation par l'absurde, qui usent de subterfuges et même de coups de Layole (je dis ça parce que je me suis coupée à l'instant), pour que l'autre comprenne, chemin tortueux de l'apprentissage, c’est de toute éternité que les gens sont gens et qu’il faut faire avec, rêver une bonne nuit et voir ce qu'il en reste et il en reste.

    Je range mon idée de Who's Who, mais quand-même, certains soirs la coupe est bien pleine. C'était juste un billet d'humeur, pas un texte bien important.

     

     

     

     

     






  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Août 2013 à 09:55
    Sous mon vrai nom
    Comme artiste je travaille sous mon vrai nom, comme la plupart des professionnels dans le secteur de l'art. Avec le temps je me suis forgé une certaine renommée comme peintre. Il est facile de suivre ma trace sur le net. Mais j'ai créé pour un ami un avatar avec lui, on l'a soigneusement construit ensemble, et cet ami a mis du temps avant d'écrire sous son vrai nom! Cet avatar était comme un enfant numérique pour lui :D Il en reste une ébauche de blog...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :