•  

    M’étonnais de ne pas la voir tous ces mois devant le Franprix, une vieille Rom l’avait remplacée, franchement ça n’était pas pareil, et ce matin, qui vois-je sur le trottoir, bien habillée d’un blouson de cuir noir, revenue s’asseoir sur le petit débord de béton devant la boulangerie, Mina.

    Tu étais partie en Roumanie ?

    Non, la police avait détruit ma cabane.

    Tu as trouvé où aller ?

    Oui, est allé à Alloche.

    Tu veux dire à Loches, à côté de Tours ?

    Oui, c’est ça, à côté de Tours.

    Elle sourit, toute contente que je l’aie comprise, et que oui, Tours lui dit quelque chose. En fait, elle parle mieux, avec davantage de vocabulaire. Elle m’explique qu’une femme rencontrée dans le quartier l’avait emmenée chez elle, dans sa maison en Touraine, elle travaillait, une notable, je tairai le métier par souci de discrétion, et Mina tenait la maison, lui préparait ses repas. Elles ont inscrit Robert à l’école juste en face de la belle maison et la vie est allée ainsi plusieurs mois. Mina en parle avec des lumières dans les yeux, un beau séjour. Et Robert était si content de son école.

    Mais tu es rentrée ?

    Oui, on a eu une nouvelle cabane à Sarcelles. Mais on était triste, on a pleuré, Robert avait des larmes, elle montre du doigt une larme imaginaire glissant sur sa joue, il aimait bien la dame.

    Mais pourquoi tu es rentrée alors ?

    Maintenant, on a une nouvelle maison, c'est bien.

    Je n’en saurai pas davantage. Quelque chose de nécessaire avait déclenché leur retour ici, avoir son chez-soi, peut-être juste ça. Qu'une cabane précaire serait préférable à un grand chez les autres et loin de ses amis. Peut-être ça, la cause du retour. Et qu'un délai de trois mois serait la limite au-delà de laquelle on risque de perdre les liens avec ses proches, sans doute aussi s’oublie l’habitude de se débrouiller seul dans la ville et que la domesticité, ça ne faisait pas son affaire. Elle a ajouté que le mari était reparti en Roumanie, d’un air si visiblement soulagé, que j’ai ajouté « bon voyage » en faisant un petit signe. Elle a ri. J'ai remarqué alors que sa cicatrice sur le front –souvenir de l’époux au couteau– avait presque disparue.

    Mina repart, que ça se mesure dans le sourire, dans le visage reposé, dans la conversation de tout, de rien qui se prolonge, la ligne droite d’une liberté retrouvée, d’un confort aussi, la cabane est très jolie, et quand elle le souligne, me monte au nez la senteur de sapin des planches équarries.


    votre commentaire
  •  

    la tartine n’est pas beurrée au petit déjeuner de l’enfance on écope l’eau de rien on est hésitant dans le paysage d'usine la sculpture qu’on a en soi est ébranlée on n’a que la main raide dans le gant de veau mais on s'appuie sur l'humour d'un regard qui insiste même à découvert à pied sec sur la grève le doute mais jamais complètement qu'un Proust nous retourne le cheval en chemin de Damas on peine rien n’est acquis on va piètre mendiant pauvreté de nos syllabes chaque jour la liste de nos mots les tentatives sempiternels aveux d’incertitude jusqu'à la muraille où se cachent nos clés et nos poires pour la soif on finit toujours par y trouver la source et on repart


    votre commentaire
  •  

    on ne les compte jamais sur le fil, parfois un compteur y suffit sur la ligne, on les aime pour leur liberté, même si dans le poème elles résistent à Ponge ou s'effleurent en comptine d'une Louise, quand d'un repli de l'aile elles basculent ne laissant au regard que ce profilé du vol qui fuit à l'horizon, elles deviennent écriture, juste un délié, mais leur encre jamais ne s'assèche, plongeant d’un toit imaginaire on leur voit des traces dans la neige, faudrait leur mettre des moufles aux hirondelles un cache-nez un manteau les emmitoufler pour les protéger mais sans cette grâce d’éphémère que quelque plume abandonne qu’aurait la phrase pour durer.

     

    (Archive 2014)


    votre commentaire
  • 90° à l'ombre

     

    Morellet à la Ville Arson


    votre commentaire
  •  

     

     

    la deuxième lettre de l’alphabet en hébreu, et on est à soi-même son propre hébreu, on entre dans l'antre, mettre dans la poche noire ce qui ne saurait se réduire à une imitation, tant d'autres grands ont écrit leur abécédaire, alors on veut en faire mystère tant qu'on n'est pas au bout de ses mots, ici, on skippe le a, là que tout commence, l’avant est le point d’origine perdu dans le tableau comme l'est le point de fuite, mais pas dans le futur de la peinture, il n’annoncerait rien de toutes manières, on n’a pas fui, on a juste avancé et lui est devenu la trace lointaine d’un arbre de bordure de nationale dans le rétroviseur, on se retrouve debout, on naît au salut des copains, à la montée dans le train, dans les bras de celui qui vous fauche, peut-être ça, le n qui nous fait advenir, ou le n, quand on est un quidam, liberté des dessous de draps dans la grande ville, berechit, se croire allogène comme si jamais prise dans la matrice, on se trompe, on ne fait que succéder, mais peut enfin démarrer la suite, ainsi quand on fait le tri, dans l'abécédaire on trie les mots, dans le tamis qu'on voudrait de hasard, comme si c'était possible

     

    (archive 2014)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires