•  

    litanie du vote utile au point imaginaire


    votre commentaire
  • chen zhen

    galerie Perrotin

    crédit photo anthropia # blog

     

    dans le lac azertyuiop
    où poissons-mots frétillent sans doute
    prêts à sauter au lendemain
    mon épuisette attend

    dans le lac qsdfghjklm
    où barque se pose en mot-prière
    je nage le soir et veux le cap
    quintessence au creux de mes rêves

    dans le lac wxcvbn
    où tu guettes dans l'absence
    l'inadvertance ricoche en signes
    et rime avec exclamation




    votre commentaire
  •  

     

     

    Des lettres grises en zinc posées contre le mur

    qui composent le mot « ART » 

    et par cette écriture en sont transfigurées.

    Un plat qui sort du four, aux couleurs dorées,

    des effluves qui naissent, on savoure à l'avance

    Un homme dans un arbre, descendu en disant 

    « on ne l’abattra pas » et il tient sa parole.

    La longue table acajou encore chargée des rires

    des soirées amicales.

    La carte postale d’un temple, jaune et bois sur le lac

    un paysage de neige, quelque part à Kyoto.

    La main vieille dans les mains,

    la fraîcheur légère, une caresse éternelle.

    Les cyclamens en fleurs qui durent tout l’hiver

    et encore aujourd’hui, quand arrive le printemps.

    La dernière impression d’un rêve de doux matin

     

    d’après un titre de Sei Shônagon « Notes de chevet » - Gallimard/Unesco

     

     

     



    votre commentaire
  • crédit photo anthropia # blog

     

     

    beau savoir qu’il gite là, au fond de son val,

    beau sentir qu’il y git bien souvent, à distance

    y gît-il, la crainte du poème

     

    quand l’espoir des mots insiste mais blanchit,

    quand dans le huis clos se clôt de plus en plus le oui,

    comment lutter contre le peu,

    l’empêcher d’envahir l’espérance.

     

    on ne peut que deux au Royaume d’Ithaque,

    et personne n’est quelqu’un

    si dans les doigts ne brodent

    la litanie qui pointe

    et dans le fil noué

    les cordes qui frémissent,

    que des pensées unissent

     

    la blanche est bourdonnée,

    mais si pas de fumée,

    l’âme s’épuise à tenter

    ce qui ne se promet

     

    quoi changé depuis lustres

    quoi tenté qui ne soit d’in forma

    pas de poignée où s’accrocher,

    inspiration qui n’es

     

    et la mélodie pour aqua

    ne voit passer sur la portée

    que la clef de soif ou la clef d’or,

    jamais la peur d’à quoi,

    pour enivrer le rythme

     

    si un signe d’origine,

    grimpait au firmament

    que soprano, la voix,

    et qu’on en frémirait

     

     



    1 commentaire
  • Annlee, personnage de manga

    Philippe Parreno (droits réservés)

    crédit photo anthropia # blog

     

     

    Tout d’abord merci presque

    mais le nous asséné vient en bloquer l’issue.

     

    D’une image la conquête avait fait une chasse

    D’un barrage, le torrent a noyé son église.

     

    Comment chanter au mur le son

    quand le supersonique est loin et le phare fait rocher

     

    Et quand les enfants mangent des yeux

    les nuages

    Qui, là, passent par nécessité.

     

    T’offrir mes larmes de joie

    Et les voir coquins,

    t’offrir mes larmes de joie

    Et toi, mon assassin.

     

    Ne veux que lui

    Et lui ne veux que texte son.

     

    Vulgarité subie, n’ai plus le goût si bien.

     

    Offrir mes armes de choix

    A quel poète en creux.

     

    vulgarité soumise

    A mon pied, Ah mes reins,

    écrirai pour la gueuse,

    pour muse et poésie,

     

    et toi, inspiration

    tu auras perdu quoi.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique